26052015

Au quotidien

29

Des moutons et chèvres pour entretenir les abords des voies

Le RER B, sur proposition de la mairie d’Orsay, expérimente pour la première fois l’éco-pâturage.

Entretien par l’éco-pâturage

blog-rerb-ecopaturage-orsay-2Depuis le 21 mai, 5 pensionnaires atypiques peuvent être aperçus près des voies ferrées de la gare d’Orsay-Ville.

Deux moutons, une  chèvre et ses deux petits, de races protégées, ont pris leurs quartiers sur un talus de 3 800 m2. Ils vont assurer jusqu’au mois d’octobre 2015 l’entretien  de la parcelle, de manière totalement écologique. Leur robustesse et leur faculté d’adaptation en font des animaux parfaitement adaptés à nos climats.

Pour les accueillir, un espace clos et sécurisé a été mis en place, de même qu’une cabane et un abreuvoir. Une surveillance vétérinaire est par ailleurs garantie par la société Eden-Vert, spécialisée dans l’éco-pâturage, qui assure également la mise en place des infrastructures et la surveillance du site.

Entretien écologique des espaces verts

blog-rerb-ecopaturage-orsay-3L’éco-pâturage est une technique alternative de gestion des espaces verts. Cette pratique permet de limiter l’utilisation d’engins mécaniques, tout en évitant le développement excessif de la végétation. Elle permet aussi de résoudre des problématiques techniques et sécuritaires : sur les terrains très pentus et le long des voies, le fauchage mécanique nécessite notamment l’installation de garde-corps sécuritaires. Les animaux, quand à eux, accèdent sans difficultés à ces zones.

Attention au réflexe nourricier, il est fortement recommandé de ne pas donner à manger aux animaux, précise leur propriétaire.

Avez-vous aperçu ces tondeuses à quatre pattes ? Donnez-nous votre avis !

Derniers articles du blog du RER B

Travaux entre Paris – Gare du Nord et CDG 2 / Mitry-Claye les 21 & 22 septembre : vos déplacements

« Face à l’univers » : le CNRS ouvre ses portes ce week-end

Marie Adam, directrice du RER B

Tchat de rentrée avec Marie Adam

Les commentaires sont fermés.

  • jc

    C’est une bonne idée.

    Il faudra espérer qu’aucun animal ne s’égare sur les voies.

  • silvio_c

    Quel dispositif est prévu pour les camps de Roms au abords des voies au Nord de paris ?

    • Céline (animatrice)

      Bonjour,
      Des discussions sont engagées avec les personnes vivant dans ces campements pour les informer des dangers, mais aussi, avec les entreprises et collectivités propriétaires de ces espaces.
      Des procédures de demande d’expulsion sont par ailleurs en cours auprès de la justice. Ces dernières semaines deux camps ont ainsi fait l’objet d’un démantèlement avec l’appui de la préfecture. A la suite de ces procédures, les travaux de nettoyage, de remise en état et de sécurisation ont immédiatement été engagés.

  • nimporteoik

    De la com!N’importe quoi!La nourriture sur ce talus est inadaptée et pas suffisante.On voit bien que c’est une initiative de personnes n’y connaissant rien.Les parcs ont du mal à gerer la « clientéle » alors que c’est leur metier alors que faire des gens qui vont jeter tout ce qu’ils trouvent pour nourrir ces bestioles.Bref l’endroit est mal choisi,pas sécurisé.Combien de minutes d’interruption pour le dromadaire du coté d’Aulnay?

    • Céline (animatrice)

      J’entends votre scepticisme. L’éco-pâturage constitue avant tout une solution alternative à l’entretien mécanique et chimique des espaces verts. Il s’agit d’une première expérimentation sur le RER B, mais ce système a déjà été adopté par le Réseau Ferré de France Centre Limousin par exemple, pour entretenir ses voies, ou encore, les Archives de Paris.
      Près des voies de la gare d’Orsay-Ville, un espace clos et sécurisé a été installé pour accueillir les animaux et éviter toute intrusion sur les voies. Une surveillance vétérinaire régulière est par ailleurs assurée par la société spécialisée, Eden Vert, en charge également de la surveillance du site.

  • Tri

    Très bonne idée. Ça change des dromadaires non assermentés ! 🙂 j espère que cela va baisser le coût d entretien. Belle initiative

  • Théo

    Bonjour Céline ,
    Alors la , en 15 ans de RER B , je n’avais encore jamais vu sa ! Incroyable ! Excellentes initiative ! Mais attention à ce qu’elles n’aient pas sur les cours et que cela empire pas circulation …

    • Céline (animatrice)

      Soyez rassuré, les animaux sont bien protégés dans un espace clos et sécurisé !

    • Théo

      Qu’elles n’aient pas sur les voies et non pas sur les cours 🙂
      Je sais bien que tout a était préparer 🙂

  • Thib.

    Une belle initiative !
    Cela donne une dimension pastorale agréable pour les passagers et les riverains.

    Reste à généraliser cette opération sur l’ensemble du réseau ligne B, toute une infrastructure est à inventer.

    Bonne journée

    Thib.

  • Eva Sheldrick

    Désolée, mais j’aurais préféré que le RER B fonctionne et qu’en cas des divers incidents ( voyageurs ou techniques) les agents de la RATP soient préparés à informer efficacement tous les clients/voyageurs !!
    et surtout quand on doit prendre l’avion et on le rate !!! Ayant pris le RER B à Courcelle sur Yvette le 7 mai à 9h10 ( mon avion partait à 12h30 !!) arrêt à Bourg la Reine – et …… je suis arrivée à Roissy à 12h40 !!! Mon avion pour Varsovie était parti à l’heure avec mes 3 élèves !! Il a fallu que je paie un complément assez important ( billet mini) pour prendre l’avion suivant 3h plus tard.
    Vous voyez, l’initiative des chèvres qui broutent le long des voies à Orsay ne remplace pas l’organisation de bon fonctionnement des missions RER B – ligne stratégique reliant 2 aéroports !!!
    Cordialement,
    Eva Sheldrick
    J’attends votre réponse-

    • cla92

      Bonjour,

      Je rebondis suite au message d’Eva.

      Les initiatives de ce type, très sympathiques au demeurant (côté bucolique avec ces animaux qui broutent le long des voies…) que je suis la première à apprécier, dans un autre contexte, nous paraissent en effet dérisoires et inutiles sur une ligne qui rencontre autant de problèmes.

      Avant de revoir la forme, il y a le fond. L’objectif d’un RER, c’est tout d’abord de nous amener à bon port, dans des conditions acceptables (sans mourir de chaud dès qu’il fait 25 degrés à l’extérieur) et à l’heure. Et on est loin du résultat.

      Vos différentes démarches sont en tout à fait louables (expositions temporaires, animaux, dépôt colis…) mais il ne faut pas non plus que la Direction du B s’imagine que cela la dédouanera des autres aspects en nous faisant patienter en attendant les divers travaux/interventions/investissements futurs…

      Cordialement,

      • Céline (animatrice)

        Bonjour Cla92,
        Je rejoins vos propos : améliorer la régularité, et l’information voyageurs, est et doit rester notre priorité première.
        Mais parallèlement, nous souhaitons aussi améliorer l’expérience de voyage en rendant nos gares (et leurs alentours) des lieux de vie et de passage plus agréables.

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Eva,
      Je regrette le désagrément vécu.
      Les difficultés que vous décrivez font suite à un accident grave de voyageur, survenu peu après 9h en gare de Gentilly. Les circulations ont pu reprendre progressivement à partir de 10h45 seulement, après l’intervention des services de secours et de la police. Un retour sur incident a été publié sur le blog, que je vous invite à lire ici : http://bit.ly/1F7zD2x.

  • laul

    Généraliser sur l’ensemble du réseau ligne b ! Il faudrait des animaux mangeurs de canettes et de plastique ! Espérons que ces chèvres soient effectivement bien surveillées, sinon je ne donne pas cher de leur survie en milieu urbain .

    • jc

      Je propose qu’on arrête de jeter des trucs par les fenêtres : ça éviter de devoir les faire ramasser ensuite.

      Beaucoup de genre beugle en disant que « c’est sale ».. le mieux serait déjà de prendre soin des lieux qu’on occupe, ça permettra d’éviter de dilapider les efforts à réparer les négligences.. pour assurer ce pour quoi on paye : le service pour se déplacer.

      Et oui, ces bouteilles en plastique, et ces canettes ne sont pas tombées du ciel, seules… c’est bien l’activité humaine qui les a déposées ici. Contrairement à la pousse de la végétation aux abords des voies.

  • Thomas L.

    C’est une idée très surprenante! Ça pourrait être également agréable pour les voyageurs d’avoir une belle vue de la nature! 🙂

  • Jeannot91

    Pour une fois que les voyageurs ne sont pas pris pour des chèvres, on reste sans voix

    En espérant que les chèvres ne seront pas prises des fois pour des voyageurs sur les voies

  • Bebe

    Les suisses aussi y ont pensé. Ils ont embauché 80 moutons pour ainsi dire.
    Plus besoin de couper l’herbe le long des rails. Pas de salaire à verser pour l’entretien, c’est des économies dans un sens.

    Chercher « Moutons des CFF » chez nos amis de google…

    • Tri

      Il y a d autres projets de ce type dans la région, je pense notamment aux moutons du parc de Sceaux dont l expérimentation a été pérennisée.

  • nimporteoik

    Petit tour à Orsay pour voir ces petites bêtes.Bel enclos mal sécurisé(porte coté voie non cadenacée).Nourriture :herbe clairsemée (ok),préle(si mes souvenirs sont bons c’est avortif pour les chévres)+renouée du japon(bof bof)
    Par simple curiosité allez voir sur internet ce que coute l’écopaturage

    • Jeannot91

      Petite question : c’est donc un enclos fixe?

      Est-ce qu’il y a la possibilité d’extensions mobiles de cet enclos (clôtures électriques?)

      Parce qu’une fois l’herbe mangé dans l’enclos, elles vont éco-pâturer où et quoi?

    • Céline (animatrice)

      Bonjour nimporteoik,
      L’enclos est entièrement sécurisé : les clôtures ont été spécifiquement choisies pour éviter que les animaux ne s’échappent, et l’accès se fait par une porte fermée à clé. L’autre côté de l’enclos, côté voie, est réservé, en cas d’urgence, à une minorité d’agents RATP habilités. Par ailleurs, nous nous sommes assurés avant de mettre en place ce projet que la végétation présente sur le talus correspondait bien au régime alimentaire des animaux choisis.

  • Jeannot91

    Fin Octobre 2015, quel sera le destin de ces animaux?

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Jeannot,
      Il s’agit bien d’un enclos fixe sans clôtures électriques. Il n’est pas prévu à ce jour d’étendre la parcelle avec des clôtures mobiles, ni avec des clôtures électriques. Le site est régulièrement surveillé et dimensionné pour que les animaux puissent se nourrir jusqu’à octobre 2015. Après ce mois, les animaux seront retirés de la parcelle et ramenés par l’entreprise prestataire dans son exploitation pour la période hivernale.

      • Jeannot91

        Merci pour ces précisions!

        Comme indiqué par nimporteoik ci-dessus, il faudrait cadenasser l’accès côté voie…

  • Vuillemot

    Et les autres têtes de bétail seront entassées dans les wagons !!!
    Signés: une tête de bétail, du cheptel d’Aulnay s/s Bois.

    • nimporteoik

      Bonjour
      Mais où sont passées ces charmantes petites bêtes.Leur enclos est dépourvu de toute nourriture fraiche.

  • evb

    Bonjour,

    Vus les résultats des diagnostics pollution des sols aux abords des voies (quelque que soit le lieu), je serais étonnée que cette technique soit « écologique » pour les animaux brouteurs: la concentration en métaux lourds en particulier est très souvent bien plus élévée que les valeurs guides.
    A-t-on analysé les sols où l’éco-paturage est pratiqué avant d’y faire paître ces animaux? Ces chèvres et moutons donnent-ils du lait de surcroît (bio!)?

    Merci pour votre réponse documentée.