[Indisponibilité Service Navigo] Samedi 17 novembre, pour cause de maintenance informatique, le service navigo sera indisponible sur l’ensemble du réseau RATP, SNCF et Optile, ainsi que sur Internet (Navigo.fr).

Les ventes de titres de transport (ticket, forfaits navigo mois et semaine) restent disponibles sur l’ensemble du réseau francilien. Pour tout autre service, nous vous invitons à vous renseigner auprès de nos agents.

Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée.

+

14012014

Découvrir

11

[Interview] Le métier d’aiguilleur au Centre de commandement unique du RER B

Jean-Marc, aiguilleur au Centre de commandement unique du RER B, nous dévoile son quotidien, où métier et passion vont de pair.

Avec un bagage d’expériences de près de 26 ans sur la partie sud du RER B, Jean-Marc a exercé plusieurs métiers, avant de rejoindre l’actuel Centre de commandement unique en tant qu’aiguilleur. Il revient pour nous sur son parcours et les spécificités de son métier.

Bonjour Jean-Marc, peux-tu te présenter pour nos voyageurs qui ne te connaissent pas encore ?

Je suis rentré à la RATP en 1987 en tant que sous-chef de poste sur la partie sud du RER B. J’avais en plus de l’accueil et de la vente, une partie manœuvre. Je m’assurai que les trains, au départ des gares, empruntaient bien les bonnes voies.

J’ai ensuite rejoint le Poste de commandement centralisé, qui est aujourd’hui le Centre de commandement unique, depuis lequel j’expédie les trains.

Quel est ton rôle précisément ?

La mission première d’un aiguilleur est de tracer les itinéraires des trains, de leur faire emprunter la bonne voie pour aller d’un point A à un point B, en relation étroite avec le chef de régulation, les chefs de gares, et les conducteurs.

Pour manœuvrer les aiguillages, finis les leviers automatiques, je tape sur une clé informatique qui autorise à distance le passage d’un train, en fonction notamment de mon « garde-temps ».

Un « garde-temps » ?

C’est mon « garde-fou » en quelque sorte. Il liste l’ensemble des trains, les horaires de passages, et les conducteurs aux commandes. Mon rôle est de faire respecter l’ordre de passage des trains, mais aussi, de répondre aux demandes spécifiques du chef de régulation.

Que peuvent-être ces demandes ?

En cas d’incident, un train peut être supprimé. Le trajet retour, initialement prévu, peut alors être effectué par un train de réserve. Dans ce cas, c’est l’aiguilleur qui se charge d’organiser les manœuvres, c’est-à-dire, de sortir un train du garage. Je préviens ensuite le chef de gare (présent dans les terminus) afin que celui-ci puisse « commander » un conducteur, et avertir les voyageurs de la voie de départ.

Par ailleurs, lorsqu’un conducteur détecte une avarie sur son train (porte bloquée, dysfonctionnement des essuie-glaces), je le dirige vers les ateliers de maintenance.

Selon toi, qu’est-ce qui fait un bon aiguilleur ?

Je dirais qu’un bon aiguilleur dispose d’une fonctionnalité supplémentaire : une troisième oreille, capable de ratisser tous les échanges qui ont lieu dans le Centre de commandement unique, et d’anticiper mon travail.

Quel changement le regroupement des acteurs de la gestion de la circulation au sein du Centre de commandement unique a-t-il apporté ?

Maintenant que nous sommes tous dans la même salle, on voit et comprend mieux la complexité des métiers de nos collègues qui gèrent la partie nord de la ligne. Le fait de comprendre nous permet d’agir plus rapidement.

La présence de l’agent MRF, chargé de la gestion du matériel roulant et de signaler les avaries sur un train, au Centre de commandement unique, me permet également de gagner un temps précieux.

Après 18 ans de métier en tant qu’aiguilleur sur le RER B, quelles évolutions as-tu constaté ?

Aujourd’hui, le trafic est beaucoup plus important, les heures de pointe sont étendues. Il m’arrive d’arriver sur mon poste à 18h, et de relever la tête vers minuit. Avant, vers 20h on pouvait respirer, aujourd’hui c’est beaucoup plus intensif, mais aussi, enrichissant !

    Derniers articles du blog du RER B

    Les trottinettes en libre-service sont de retour à La Plaine-Stade de France

    Ces regards qui vous interpellent…

    Suite du tchat : vos questions, nos réponses

    Les commentaires sont fermés.

    • gregseth

      Dis donc Jean-Marc il était où ton « garde-temps » ce matin quand à Gare du Nord se sont succédés, dans l’ordre, un Robinson, un Laplace, un Massy, un Laplace et un Robinson avant de – 30 minutes d’attente plus tard – pouvoir prendre un St. Rémy ?

      • LEBIEZ

        Bah tu prenais le Massy et certainement que les CREG avait prévu un SAINT REMY de MASSY. Tu vois le probléme c’est l’intelligence de situation; lorsque l’on est en situation pertiurbée le bon reflexe consiste à aller au plus prés de sa destination.C’est un reflexe que nos voyageurs ne connaissent pas et c’est bien dommage.

        FRED LEBIEZ

        CREG PCC DENFERT

    • Jeff

      Bonjour Céline,

      Merci bcp pour cette interview

    • Wamout

      Ca tombe à pic : j’ai posté une question sur un autre article mais je n’ai pas eu de réponse. Dites moi monsieur l’aiguilleur, vous arrive-t-il de vous tromper ?

      Hier soir, 13 janvier, j’ai pris un RER direction Orsay-Ville sur le quai de la station Châtelet aux alentours de 19h. Vers 19h20, je me suis rendu compte que le train avait pris le quai direction Robinson à Bourg la Reine. Un mouvement de foule s’en est immédiatement suivi, le tain se vidant des passagers souhaitant rejoindre le bon quai, direction Saint Remy. Or le tunnel pour changer de quai à Bourg la Reine n’est pas large. J’ai fait partie des heureux élus arrivé à temps sur le quai direction Saint Remy pour sauter dans un train LEVI01 ayant pour direction déclarée sur le panneau « Orsay-Ville », mais tous les passagers du train initial n’ont pas eu cette chance, vu le goulet d’étranglement. Arrivé à Antony, le conducteur de ce train LEVI01 a annoncé que le train était direct jusqu’à Massy Palaiseau, d’où un nouveau mouvement de foule, plus léger celui-là. Peut-être que l’annonce associée à ce train sur Paris était également erronée, annonçant un arrêt aux Baconnets par exemple ? Arrivé à Massy Palaiseau, tous les panneaux d’affichage étaient éteints. Le conducteur n’a fait aucune annonce, se contentant de déclencher la sonnerie et de fermer les portes. A la loterie, le train s’est avéré être effectivement un Orsay-Ville cette fois, mais il aurait pu tout aussi bien être direct Orsay pour Saint Remy, étant donné le cafouillage global.
      Merci de m’expliquer les raisons de ces problèmes qui n’ont fait l’objet d’aucune annonce, et pouvez-vous m’expliquer ce qui vous motive pour infliger ces doses de stress à vos clients, et pourquoi vos conducteurs sont si avares de leur salive pour omettre des annonces qui seraient pourtant bien rassurantes ?

    • Tri Deb

      Merci Jean-Marc pour votre témoignage intéressant. Merci Céline pour cet article.

      Jean-Marc, je me demandais si les codes dont vous parlez sont les codes des missions qui sont affichées en frontal des trains ou il s’agit d’autres codes ?

    • Nicolas78955

      J’aurais aimé que vous lui demandiez sa perception (dans sa vision à lui) de la situation actuelle de la ligne dans son ensemble, des aléas rencontrés, et des axes d’amélioration qu’il pourrait voir pour la ligne. Il est la meilleur personne possible pour donner un avis très éclairé sur le fonctionnement quotidien de cet axe ferroviaire majeur de la capitale; il dispose certainement de nombreuses idées, remarques, et d’une solide ancienneté qui lui permet d’avoir une vision à 360° de la ligne (26 ans d’ancienneté). Même s’il n’a initialement géré que la partie sud, son avis est très précieux et mérite à mon avis un véritable complément, une seconde interview complémentaire non plus sur son métier en tant que tel et ses missions, mais plutôt sur sa vision de la ligne cette fois ci. Son avis es précieux pour les voyageurs, la sncf, la ratp, rff mais aussi le STIF et l’ensemble des acteurs également du domaine.

    • Nicopilami

      Bonjour

      Pouvez-vous nous indiquer pourquoi le matin, il faut maintenant tous les jours systématiquement soit que notre train de Robinson vers Paris laisse passer d’autres trains à Bourg La Reine, soit que nous devions changer à Laplace ?

      Merci d’avance
      Nicolas

      • Tri Deb

        1. Il faut savoir que pour acheminer tout le trafic en heures pleines, il faut faire passer en une heure, 8 trains en provenance du sud (Saint Rémy / Massy) et deux trains en provenance de Robinson.
        2. Pour la seconde partie de votre question, je pense (mais je ne suis pas de la RATP) qu’il s’agit d’une mesure de régulation du trafic transitoire pour gérer la situation d’incident. Si les trains n’avancent qu’au compte-goute, si vous réduisez le nombre de train, vous retardez moins ceux qui sont derrière qui peuvent toujours avancer et en mettant deux train dans un, vous permettez aux voyageurs d’arriver plus vite à leur destination.
        Il vaut mieux que l’on soit serré dans un train et que l’on arrive sur Paris plutôt que de pas avancer.

    • Mathieu

      Complexité de la ligne ? on croit rêver !! Le RER B ne gère que 4 branches (Roissy / Mitry / Robinson / Saint Rémy).

      Un peu d’humilité svp par rapport à vos collègues du RER C qui en plus gèrent des tronçons sur lesquels passe du fret…

      • Thomas C.

        Personne ne fait ici de concours avec les agents d’autres RER ou de Transiliens qui avec avec d’autres contraintes et d’autres prérogatives gèrent des lignes urbaines denses et sont tout aussi méritant !
        Mais je profite de ce commentaire pour saluer le travail des aiguilleurs du RER B qui sont notamment en charge des circulations Gare du Nord / Châtelet ou passent en heures de pointe 32 trains par heure et par sens, un record en Europe me semble-t-il !

    • Mylene

      Étant agent sur cette ligne je comprends le mécontentement des usagers, l’attente des trains quand on est pressé, les trains supprimés pour manque de conducteurs, incidents techniques, malaises voyageurs, accidents grave voyageurs et j’en passe c’est la routine de notre ligne oui et je comprends qu’on puisse être à bout lorsque l’on paye son titre de transport qui ne cesse d’augmenter année après année!

      Mais

      Vous n’êtes pas à la place de ces aiguilleurs qui essaient de faire au mieux pour que vous ayez votre trains. L’affluence des usagers n’est plus la même qu’il y a des années, le RER B est une ligne avec énormément de monde!!
      Ils ont un boulot monstre quand un incident se produit, ils doivent gérer et la circulation et le train en cause et tout ça au plus vite pour vous.
      Peut être devrait-il avoir des visites au CCU pour que les usagers comprennent le fonctionnement de la ligne!?

      Je ne suis pas la pour dire que la ligne B est une ligne qui roule bien parce que ce serait mentir, se voiler la face, je suis juste venu dire que c’est pas évident pour tout le monde qu’on soit du côté usagers ou côté agent RATP.

      Étant agent sur cette ligne je peux vous dire qu’on en bave et ceux tous les jours, on doit gérer le mécontentement des usagers ( parfois très dur puisque l’on reçoit des insultes, parfois pire on nous crache dessus, on nous menace…), gérer la situation sur les quais, donner un maximum d’information pour les usagers, les diriger en cas de forte perturbation et ceux très rapidement ce qui est tout à fait normal!
      et on doit rester la, garder son calme. Et croyez moi ce n’est pas de tout repos!
      Et pourtant j’aime ce travaille, on se sent très impliqué et nous sommes fière de gérer comme on le peut les situations dans nos gares, on est content quand on voit un usager nous dire:
      -« merci quand même et bon courage », -« ce n’est pas sur vous qu’on gueule mais sur la RATP »
      et moi je voudrait répondre à ceux qui nous encourage merci parce que c’est vous qui nous donner le courage de recommencer!

      Bon je sais que ce commentaire ne plaira pas à beaucoup d’entres vous mais voilà il fallait que comme vous je donne mon ressentis!!

      Désolé pour toutes ces situations, parfois très très embêtante, mais je vous assure qu’on essaie de faire au mieux pour rétablir le trafic à chaque « merde » (désolé pour ce terme)