27072016

Découvrir

7

Les montagnes russes de Saint-Michel

Des effets non négligeables, et parfois surprenants : des «pentes» et «rampes» sur la ligne B !

Il y a quelque temps, un twittos nous envoyait ceci :

tweet1
TrueStory

Je m’étais mis ce tweet de côté pour éclaircir sa question qui m’avait interpellé.

J’en profite d’ailleurs pour vous conseiller vivement de nous rejoindre sur twitter, en vous abonnant ici : @RERB

 

Le «Mont» Saint-Michel

En fait, cette annonce dévoile une réalité bien connue des conducteurs sur notre ligne : le lieu de déclivité le plus important du RER B se situe au niveau de la gare Saint-Michel–Notre Dame avec une pente de 4% dans les 2 sens. Au-dessus de cette gare, c’est le RER C et la Seine !

En cas de panne de 2 moteurs (sur 4) sur un train composé de 2 rames, le fait de s’arrêter à cette gare aurait sûrement entraîné une impossibilité de gravir la côte et donc cela aurait engendré une perturbation du trafic. La solution pour éviter de rester bloqué consiste donc à garder sa vitesse juste avant de remonter, et donc à ne pas s’arrêter à la gare de Saint-Michel.

Dans la descente vers Saint-Michel, pour que les trains ne prennent pas trop de vitesse et puissent s’arrêter facilement à tout moment (notamment si un autre train venait à stationner en gare), la vitesse est nettement réduite : 50km/h max. Dans le cas vécu par l’auteur du tweet, une telle vitesse est toutefois suffisante pour remonter. Cette «technique» est très rarement utilisée.

La deuxième pente la plus forte sur notre ligne se situe côté nord : c’est la sortie du tunnel (ou l’entrée donc) vers La Plaine-Stade de France. La pente y est plus raisonnable : 1,5%.

 

train-St-michel4

 

Même si c’est très visible depuis la cabine de conduite, je peux vous l’assurer, c’est nettement moins perceptible lorsque l’on est dans le train. Mais l’auriez-vous cependant ressenti ?

Derniers articles du blog du RER B

Travaux du premier semestre et de l’été 2020 : les dates

Une anomalie à bord ? Les infos nécessaires pour vous répondre au mieux

RER & mobilités douces : tout savoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Publier un commentaire signifie agréer la charte du blog.

  • jc

    Merci pour cet article, je m’étais déjà posé la question du comment dépanner un train en panne sur ce tronçon (qui est le plus bas de la ligne).. il faut avoir une forte traction, et arriver à ne pas enrayer le véhicule moteur.
    Heureusement que ce tronçon n’est pas à l’extérieur, car la flotte en hiver, ou le gel finirait par bloquer complètement les trains.

    Je savais qu’on pouvait rouler avec un moteur en moins, mais 2, ça commence à être limite pour atteindre la vitesse maximale (sur les voies en dehors de paris)… Du coup je m’interroge sur l’impact en terme de retard que peuvent entrainer la perte de moteurs sur un train ???

    Je suis intéressé par un article sur la procédure de dépannage des trains.

    Autre article : une interrogation qui revient souvent c’est « pourquoi ça prend autant de temps de retourner un train ».. (et oui, un train, c’est pas comme une voiture, la procédure de préparation est plus compliquée que simplement tourner la clef dans la serrure)

  • Samir

    Je pense qu’il faut surtout changer ses rames hors d’age (40 ans) et non pas jouer aux montagnes russes…

    Il y a souvent des incidents techniques sur ses rames preuves qu’elles sont à bout de force..

  • Villette Michel

    Très bien pour cette explication du fonctionnement de la ligne B.. cela permet une meilleur compréhension des difficultés que rencontre les rames.
    Il faut continuer à nous informer de cette manière simple et clair….

  • Carola

    Infos intéressante . Continuez à nous informer sur la vie de nos lignes leurs difficultés techniques il y a des subtilités qui peuvent entraîner des retards cela nous aidera à vous comprendre
    Je peux retrouver ces Infos où dans internet
    Merci cordialement !

  • Erwann

    Bonjour

    Ces montagnes russes ont été la cause du retard d’ouverture de la station St-Michel, les rames Z de l’époque même couplées par huit ne développant pas assez de puissance pour redémarrer en cas d’arrêt à St-Michel et devaient prendre un maximum d’élan et de vitesse au départ du Luxembourg et Châtelet-Les Halles pour espérer arriver au bout.

    Pour rappel, les rames Z ont traîné sur la ligne jusqu’en 86-88, les nouvelles rames MI79 présentant un gros défaut d’initiation par temps froid, amenant l’exploitant à les faire corriger et changer les procédures de garage (elles restent sous tension en hiver).

  • BuckDanny91

    Super article !