04042017

La ligne et vous

13

Nouveau point sur la desserte du Val de Bièvre

La direction de ligne unifiée RER B s’exprime suite aux nombreuses interpellations, courriers sur cette offre travaux.

Depuis le 13 février 2017, la réalisation en toute sécurité des travaux du Grand Paris Express impose une limitation des vitesses des trains sur une zone de près de 500 mètres encadrant la gare d’Arcueil Cachan; la nécessité de maintenir le niveau d’offre aux pointes de 20 trains à l’heure a conduit la RATP à adapter la signalisation de la ligne et à prévoir que l’ensemble des trains marquent l’arrêt à toutes les gares entre Bourg-la-Reine et Cité Universitaire (Bagneux, Arcueil Cachan, Laplace et Gentilly).

En complément, pour gagner en robustesse, des aménagements de la grille horaire ont été réalisés, comme par exemple une homogénéisation des temps de stationnement et temps de parcours, une optimisation des modalités de garages et dégarages des trains aux terminus.

Cependant, malgré ces modifications, la limitation de vitesse des trains a entraîné une réduction des marges d’exploitation de la ligne qui permettaient  d’absorber les petites perturbations de la circulation des trains.

Enfin, un changement aussi important ne peut se réaliser sans un temps d’adaptation à ces nouvelles modalités d’exploitation.

Depuis le 20 février, nous avons connu un nombre particulièrement important d’incidents aux heures de pointe, on peut citer par exemple :

  • le 28 février, sur stationnement de 20 minutes d’un train à Gentilly
  • le 6 mars, conséquence d’un individu monté sur le toit d’un train à Gare du Nord
  • le 9 mars, décontrôle d’aiguille et malaises voyageurs à Gare du Nord
  • le 23 mars,  accident de personne à St Michel

Ces nombreux incidents ont induit des perturbations importantes et un retour à l’horaire rendu plus difficile par la réduction des marges.

Après l’expérimentation d’un certain nombre de mesures de régulation, dont l’accélération de certains trains (trains semi directs), les mesures les plus efficaces sont aujourd’hui mises en œuvre par toutes les équipes.

Cet important travail a abouti à des progrès sensibles pour délivrer le service attendu par les voyageurs : après une première moitié de mars très difficile, une pointe sur deux en moyenne atteint un taux de régularité correct.

Cette dynamique se poursuit avec l’ensemble des acteurs de la chaîne transport pour améliorer la situation.

    À lire également

    Point sur la nouvelle desserte travaux omnibus du Val de Bièvre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Publier un commentaire signifie agréer la charte du blog.

    • Corinne

      Bonjour,

      Je retiens de votre article : « après une première moitié de mars très difficile, une pointe sur deux en moyenne atteint un taux de régularité correct. »
      Ce qui équivaut à ce qu’un trajet par jour (en pointe, certes, mais hein… la grande majorité des gens voyagent en heure de pointe) n’a pas un taux de régularité correct. Inadmissible.

      Pouvez-vous par ailleurs nous dire qui doit s’adapter (vous parlez de temps d’adaptation) ? Les usagers, les conducteurs ? Ou bien ceux qui devraient déjà savoir gérer de tels changement dès lors que des milliers de personnes sont chaque jour impactés ?

      J’espère une réponse de votre part, et une réponse vraie. Merci d’éviter le politiquement correct et les mots bien choisis pour cacher la réalité, comme dans cet article.

      Corinne.

    • jc

      Je sens que je vais me répéter, mais vous parlez de régularité alors que nous sommes en attente de ponctualité.

      Le RER n’étant pas un métro avec un train toutes les 3 minutes, la ponctualité a son importance.

    • silvio.c

      @jc Completement d’accord avec vous.

      Pourtant c’est la façon dont « la ponctualité » est calculée sur la branche centrale du rerB.

      D’ou les chiffres completements surestimés de « la ponctualité » globale de la ligne.

    • conan

      ok pour le grand paris mais cela se fait a notre détriment comme toujours.. est bien nécessaire d imposer un omnibus surtout aux heures de pointe

    • Lyly

      Très sincèrement je ne partage pas ce constat. J’ai cessé de prendre le RER b du 13 février au 10 Mars pour un stage et j’ai constaté la différence de temps de parcours. Un trajet croix de berny-Luxembourg ou je mettais entre 18 et 20mn, C’est passé à 30mn en moyenne. Sans compter le train toujours blindé, Donc irrespirable et où on peut être sujet à des malaises.
      Encore aujourd’hui, Mon train marquait de longs temps d’attente entre les gares ou en stationnement. C’est vraiment pénible. On sait à quelle heure on part mais pas à quelle heure on arrive.
      Le trajet est long. Je suis admirative des personnes qui habitent plus loin.
      Le semi direct est de mise aux heures de pointes. Qd le train est déjà blindé à croix de berny et kil faut prendre les gens de blr, ou bagneux qui ne peuvent plus monter. C’est tout simplement inadmissible.

    • Nialie

      Bonjour,

      Quelques questions :
      1. Pouvez-vous nous donner la liste des incidents survenus depuis le 13 février et responsables des retards sur la ligne ?
      2. Pourquoi ne pas évoquer les incidents de votre responsabilité ? Les voyageurs sont-ils responsables de la majorité des incidents ?
      3. Pouvez-vous publier un billet sur l’information voyageur pour connaître vos critères sur la communication ou non d’un incident ?

      Je vous remercie par avance de publier ce commentaire et d’en tenir compte.

    • JYL

      Gare d’Arcueil Cachan ce soir, j’arrive vers 22h40 Et pas de RER vers la banlieue Sud avant 23h05! A noter une mission SOLE74 vers Robinson qui passe devant moi sans arrêt mais Avec des gens dedans! Heu… sachant qu’à cette heure, seules les missions Robinson s’arrêtent à cette Gare, j’en déduis qu’elle n’est plus desservie que tres aléatoirement.

      Evidemment aucune explication… Mépris? Personnel débordé por faire une annonce? J’en perds mon latin…

    • Maha

      Bonjour,

      1èrement : le 28/02, j’ai pris le train à Cité-U avec un quai noir de monde mais aucune annonce en gare ni sur les écrans. Heureux d’apprendre qu’il s’agissait d’un train immobilisé pendant 20 min plus d’un moi après !
      Le 06/03, il était marqué sur les écrans panne électrique à GDN… Mettez-vous d’accord…
      Le 09/03, j’ai avarie de voirie encore à GDN, le malaise voyageur n’est qu’une conséquence du 1er motif (train bondé).
      Le 23/03, les écrans indiquaient malaise voyageur, là encore mettez-vous d’accord.
      Enfin ces 4 dates n’explique pas un temps de parcours passant de 25-30 min à 35-40 min, ni les nouveaux horaires.

      2èmement, voici les dates où il y a eu des incidents réelles non listés dans l’article : 20/02, 27/02, 07/03, 13/03, 14/03,15/03, 28/03. Remarque : du 06 au 09 mars semaine noire à GDN (tous les incidents de la semaine).

      3èmement, les dates des incidents non répertorié mais occasionnant de gros retards ou suppression : 22/02, 08/03, 16/03 et 29/03.

      En prenant en compte tout ça, on comprend vitre pourquoi la moyenne de mon temps de trajet s’envole ! C’est presque tous les jours ! Pour info, depuis les changements d’horaires, j’ai déjà mis 51 min pour faire Orsay-ville -> Cité-U soit le double d’avant !

      Alors s’il vous plait avant de faire un article répertoriant les incidents, faites-le entièrement et de manière consiencieuse. En lisant votre article, l’impression qu’il reste : c’est la faute des voyageurs. Hors, plus de 60% des incidents sur de votre fait (notameent les grèves très forte en 2016 !, panne matérielle, électrique, caténaire…).
      Quand au stat, sur le soir en heure de pointe, le fichier que je tiens à jour sur mes trajet, sur 5 minutes de retard ou moins, seul 35% des RER réussissent le test (loin des 50% annoncé). Le matin, 9% des RER supprimés… Les stats sont mauvaises, pas autant que l’année dernière mais mauvaise quand même.

    • Nialie

      Je rejoins les intervenants précédents pour signaler que vous ne pouvez pas tenir vos engagements. Cela semble impossible malgré votre sincère bonne volonté et je salue vos efforts.
      Je chronomètre régulièrement le temps de trajet entre Bourg-la-Reine et Cité-Universitaire aux heures de pointe du matin et du soir. Le record est de 10 minutes soit 2 minutes de plus que ce que vous nous avez garantis. Ce record a été obtenu à chaque fois lors d’un trafic fluide, sans ralentissement inattendu. Les 8 minutes prévues sont certainement atteignables sans le ralentissement de 30 km/h aux abords de la zone de travaux.
      Pouvez-vous me dire comment vous avez calculé ce temps de trajet de 8 minutes pour desservir les quatre gares du Val-de-Bièvre ?

      Merci pour votre réponse et bon courage aux équipes pour atteindre l’engagement promis.

    • Pasbravorerb

      Hier soir vers 22h30, nous attendons le RER B pour Arcueil-Cachan. Un train à destination de Robinson devait s’y arrêter, à la dernière minute, ce dernier devient sans arrêt entre cité U et Bourg-la-Reine. Nous attendons alors le prochain (terminus Massy-Palaiseau) qui lui aussi est sans arrêt entre Cité U et Bourg-la-Reine. Nous avons attendu plus de 25 minutes sur le quai et le prochain pour St Rémy arrivait 15 minutes plus tard. Dans le doute de savoir si il lui aussi serait sans arrêt, nous sommes allés à Bourg-la-Reine en espérant pouvoir prendre un RER (direction Charles De Gaule ou Mitry) avec un arrêt à Arcueil-Cachan , mais là encore sans arrêt entre BlR et Cité U. Conclusion nous avons dû prendre un bus. 1h pour faire Denfert-Arcueil. Les usagers pour Gentilly, La place, Arcueil-Cachan et Bagneux payent le même prix que les autres et pourtant les gares (sans raison apparente) ne sont pas ou mal desservies le soir. SVP, un peu de respect pour les passagers.

    • Cedced99

      Bonjour

      Merci pour cet article.

      Je ne constate pas malheureusement la moindre amélioration, les trains sont systématiquement impactes par un retard tres significatif. L information diffusée par le reseau ratp ou via les conducteurs est quasi nul.
      Les usagers sont livrés a eux mêmes et doivent subir ce chantier jusqu’au mois de novembre

      Un geste commercial serait plutot bien venu auprès des usagers.

      En attendant j essaye de ne plus prendre le rer b en alternance avec velo et trottinette.

      Je prends plus de temps pour aller a mon travail mais j arrive moins stresse et fatigué.

    • Usagère

      Bonjour,
      Je ne comprends pas comment il a pu être accepté de passer tous les RER en heure de pointe le matin en omnibus et de ralentir sur 500 m le trafic, à une vitesse plus que tortue il faut le dire, Grand Paris obligent ou pas… Par ailleurs, je ne constate absolument pas les soit disant effets des compensations qui sont imperceptibles.
      Les problèmes sont QUOTIDIENS, l’exception est maintenant quand tout fonctionne ce qui a dû m’arriver 2 fois depuis près d’un an que je prends cette ligne quotidiennement.

      Les conducteurs de cette ligne sont peu enclins à communiquer, c’est le moins que l’on puisse dire, je découvre les raisons de ces ralentissements extrêmement pénalisants depuis plusieurs moi seulement maintenant en allant sur votre blog.

      Il serait grand temps de prendre en compte les effets dévastateurs de tous ces problèmes et du stress généré sur les usagers du RER (je ne parle pas que du B). Je cumule personnellement RER A et RER B tous les jours et c’est une vraie catastrophe que je n’imaginais même pas avant de devoir effectuer ce trajet.
      Les français ont déjà beaucoup de difficultés aujourd’hui, et cette pénibilité quotidienne n’est vraiment plus supportable.

    • Willemsen

      Bonjour
      Ça à été mieux pendant 3 semaines mais là c’est à nouveau l’horreur. Voyageurs compresses, arrets frequents, suppressions de train, terminus inopines. C’est assez violent en fait. On a un peu le sentiment d’être du bétail /détail ?