16062017

Découvrir

11

Propreté dans les trains du RERB Episode 1

L’opération dite de «nettoyage embarqué»

La propreté, et celle dans les trains en particulier, est un sujet qui vous tient à cœur. Ça tombe bien, moi aussi !
Le nettoyage est réalisé en plusieurs points de la ligne, au Nord comme au Sud, de jour comme de nuit.
RATP et SNCF partagent les mêmes objectifs de qualité perçue.

En plusieurs épisodes je vais vous montrer tout ce qui est fait en coulisse pour maintenir un bon état de propreté de ces trains du RERB, rénovés ou non.

Beaucoup de méthodes différentes qui prennent plus ou moins de temps, mais des personnes toujours à fond dans leur tâche (sans jeu de mots 🙂 ).
Ce qui m’a le plus surpris lors des différents tournages c’est… Que ce sont des activités très très physiques ! Pas besoin de faire de sport, je vous garantis 🙂

Aujourd’hui, focus sur l’opération de nettoyage « la plus simple » réalisée sur la ligne.
Simple mais efficace et surtout indispensable !
Testée à la base sur des trains en circulation, cette opération, pour des raisons de confort, est aujourd’hui réalisée en journée de 7h à 19h uniquement dans les gares terminus de St-Rémy-lès-Chevreuse et Robinson et de 9h à 19h à Massy-Palaiseau (1 seul agent par gare).

155 trains par jour environ bénéficient de ce nettoyage. Comptez 1 sac de 100 litres de détritus pour 1 ou 2 trains visités.

Patrick, que vous allez découvrir dans la vidéo, me disait (et on en finira là-dessus pour cet épisode) que malgré tout ça, un train peut paraître sale à la vue de certains voyageurs dès la 2ème, 3ème, voire à la gare juste après, car un autre voyageur aura laissé son journal, son reste de repas, son mouchoir ou tout autre chose encore… ça ne s’arrête jamais !

N’hésitez pas à me faire remonter sur Twitter par exemple, l’endroit d’un train particulièrement sali (numéro du train, emplacement dans le rame…). Si je suis là, je ferai remonter l’info et le nécessaire sera fait pour intervenir plus particulièrement sur ce train.

Je pense faire 4 épisodes sur le sujet avec des vidéos courtes comme celle ci-dessous. Hâte de lire vos commentaires et d’échanger avec vous 🙂

    À lire également

    La saleté ne fait pas long séjour, en gare de LUXEMBOURG !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Publier un commentaire signifie agréer la charte du blog.

    • n

      bon article, mais quitte à parler de la vie dans les voitures du RER B, à quand un article sur la « ventilation réfrigérée » qui ne fonctionne jamais ?

      • NOËL

        Jamais ce n’est pas ce que j’ai constaté pour les voitures restaurées bien sûr! pour sentir le froid ventilé il ne faut pas ouvrir les fenêtres c’est inscrit dessus mais beaucoup ne savent pas lire ou déchiffrer un dessin !je prend le RER à villeparisis et je descends à Châtelet

        • jc

          Il y a 2 semaines pendant les grosses chaleurs, j’ai été surpris de voir que le cierge que j’avais brulé à l’église avait servi à quelque chose : de plus en plus de trains roulent les fenêtres fermées.

          Les seules fois où j’ai vu les fenêtres ouvertes, c’est quand la réfrigération était en panne : on rentre et c’est l’étuve.

          ça fini par rentrer. Enfin.

    • J

      Compte-tenu du manque d’éducation et de savoir-vivre croissant, il est malheurseuement fréquent ce constater des lieux publics sales malgré des efforts importants consacrés au nettoyage.

      Beaucoup de personnes n’ont pas compris qu’une partie du prix de leur abonnement ou tickets est consacrée à cette tâche. Ainsi, par manque d’hygiène et de respect, en jetant leurs déchets à tout va, ils contrinuent à l’augmentation des frais collectifs tout en réduisant le sentiment de propreté dans les trains.
      Bref, c’est exactement le même constat que dans les rues, sur le bord de nos routes, etc. Hélas pas de solution miracle pour palier au jenfoutisme et au manque d’éducation.

      P.S. Bon courage aux équipes de nettoyage qui font un métier difficile physiquement et moralement.

      • jc

        Je partage ce constat.

        Dans ma rue, je ramasse les papiers, canettes et autre. ça ne me coute pas plus de 20 secondes par jour, et me permet de profiter d’un espace non souillé devant chez moi. Quand j’avais demandé à ma ville de mettre une poubelle au coin de la rue, pour m’aider à maintenir propre (gratuitement) la rue.. ils m’avaient rigolé au nez.

        Une piste qui est malheureusement difficile à mettre en œuvre (car il faut les vider souvent) : ajouter des poubelles dans les trains.

        • Nicobcn (Cergy-Le Haut)

          Les poubelles dans les trains, c’est tout simplement impossible à cause du manque de place, et surtout du contexte terroriste actuel…

        • Christophe (animateur)

          Bonjour Jc, bonjour Nico,

          Et imaginez les odeurs selon les déchets…

          Il faut que nous apprenions à produire moins de déchets 😉 et à utiliser les poubelles avant de monter dans les trains (ou à la descente).

          Belle journée 🙂

        • jc

          Christophe,
          Tu enfonces une porte ouverte à mes yeux concernant la réduction des déchets.
          C’est un enjeu que nous prenons au sérieux avec ma femme, et qui nous a permis depuis 4 ans, de diviser par 4 notre production de déchets 😉

        • Christophe (animateur)

          Je fais également très attention à ce sujet. La protection de la planète, ça me tient à cœur 😉

          Belle journée jc !

    • Vahé Damassian

      Intéressant, ce reportage.
      Bon courage et merci à tous ceux qui font ce job ingrat mais qui améliore notre quotidien.

    • salim

      Dans la vidéo il est souligné que le prestataire ramasse beaucoup de journaux.

      Pourquoi avoir développé en masse la distribution de toutes sortes de journaux gratuits dans les transports ? Celui qui paye son journal ne va pas le jeter comme cela.

      Parfois j’observe les agents de nettoyage à Gare du Nord et je suis consterné.
      Ils ont des moyens dérisoires pour traiter des surfaces gigantesques.
      Un balais, une lavette, un seau forcément plein d’eau sale .

      Où sont les machines ?
      Vous allez me dire qu’elles sortent la nuit …