26092017

Au quotidien

51

[Retour sur incidents] sur les matinées d’hier et aujourd’hui.

Trafic fortement perturbé sur l’ensemble de la ligne dans les matinées du lundi 25 et mardi 26 septembre.

Nous comprenons très bien l’énervement que vous avez pu ressentir lors de ces 2 matinées difficiles sur le RER B, malgré une mobilisation de toutes les équipes pour rétablir un trafic régulier au plus vite sur l’ensemble de la ligne. Des mesures de régulation, qui restent incompréhensibles pour certains d’entre vous, ont permis pourtant de minimiser l’impact sur votre trajet, même si celui-ci est resté compliqué, nous en sommes conscients.
Je vous invite à lire cet article qui vous explique ce que font les agents du Centre de Commandement Unique (la tour de contrôle du RERB) lors d’incidents ou encore celui-ci  sur la conséquence sur le trafic d’un malaise voyageur à bord d’un train.

Mardi 26 septembre
Dérangement d’installation, malaises voyageurs et personnes sur les voies entrainent de nombreux retards et mesures de régulation (modifications de missions, suppressions, changements de terminus, contre-sens…).

6h10 :
Panne sur un aiguillage à Aulnay sur les voies empruntées par la ligne K et les TER jusqu’à 6h50.

7h20 :
Signal d’alarme à La Plaine-Stade de France suite à un malaise voyageur. La personne sort du train. Le train repartira 7 minutes plus tard.

7h55 :
Signal d’alarme tiré dans un train suite à un malaise voyageur à Arcueil-Cachan. Le train repartira 7 minutes plus tard.

8h15 :
Signal d’alarme tiré dans un train à Gentilly suite à un voyageur malade. Les secours interviennent. La personne est évacuée. Le train repartira à 8h35.

8h50 :
Signal d’alarme tiré dans un train de nouveau à Gentilly suite à un voyageur malade. Les secours interviennent. La personne est évacuée. Le train repartira à 9h48. Ce sera l’événement le plus impactant de la matinée.

8h50 :
Les trains circulent à contre sens (sens inverse du sens normal) de Laplace à Denfert-Rochereau. Un train reste immobilisé entre Laplace et Gentilly : il est trop près de Gentilly pour être dévié sur la voie d’à côté.

9h07 :
Signal d’alarme tiré dans le train immobilisé entre Laplace et Gentilly suite à un voyageur malade.
A 9h20, des voyageurs descendent de ce train sur les voies.
Le trafic est alors interrompu entre Laplace et Denfert-Rochereau.

9h32 :
Le trafic reprend en contre sens entre ces 2 gares.

9h50 :
Le trafic reprend sur les deux voies mais reste cependant perturbé (voir le pourquoi un trafic reste perturbé après qu’un incident soit terminé dans les articles ci-dessus).

Hier, lundi 25 septembre
Divers incidents se sont enchaînés durant la pointe de matinée. Conséquences sur le trafic jusqu’à 13h environ.

6h00 :
Alerte radio sur le faisceau de Massy : des voyageurs ne sont pas descendus lors d’un échange de train. Cela a engendré quelques retards sur la préparation des trains suivants.

6h55 :
Signal d’alarme à la gare du Parc des Expositions suite à un vol à l’arraché. Le train repartira 5 minutes plus tard.

7h15 :
Signal d’alarme à Gare du Nord pour un sac coincé dans les portes. Le train repartira 7 minutes plus tard.

7h25 :
Signal d’alarme à Gare du Nord suite à une bagarre dans un train entre plusieurs voyageurs. Le train repartira 7 minutes plus tard.

7h20 :
Signal d’alarme : malaise voyageur à La Plaine-Stade de France avec intervention des secours. Ce sera l’événement le plus impactant de la matinée. Un médecin présent dans la rame se met à disposition de la personne. Mais compte tenu de la nature du malaise, le déplacement de la personne n’est pas envisageable sans l’intervention des secours. Le train restera à quai pendant 41 minutes.
Des trains au sud de la ligne feront « demi-tour » dans des gares intermédiaires pour permettre des trajets en direction de St-Rémy et Robinson.
A 7h57 la personne est évacuée de la rame par les pompiers. A 8h01 le train peut alors reprendre sa marche.

8h15 :
Signal d’alarme : malaise voyageur à Aulnay-sous-Bois. Le train repartira 7 minutes plus tard.

8h40 :
Signal d’alarme : malaise voyageur à Gare du Nord. Le train repartira 10 minutes plus tard.

8h50 :
Signal d’alarme : malaise voyageur à Arcueil. Le train repartira 10 minutes plus tard.

9h00 :
Signal d’alarme : malaise voyageur à Gare du Nord. Le train repartira 13 minutes plus tard.

Au total, ce sont 5 signaux d’alarme tirés en l’espace de deux heures ce matin, 8 pour la matinée d’hier : des enchainements hors norme.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Publier un commentaire signifie agréer la charte du blog.

    • Yannou91

      Le problème, c’est que s’il n’y avait pas des problèmes techniques tous les jours, il n’y aurait pas autant de malaises voyageurs !! Car là, c’est juste un truc de dingue !

    • quotidien_rerB

      La vraie question à laquelle vous ne répondez pas c’est la cause des malaises. Surcharge de voyageurs, conditions insupportables, chaleur, entassements, attentes, énervements… C’est à cela qui faut réfléchir pour agir: aux causes, pas aux effets

    • gegene

      Vous ne mentionnez pas la dame qui est tombée ce matin mardi la jambe coincée entre le quai et le marchepied à Laplace depuis un des deux trains immobilisés sur le quai (elle a voulu changer de train suite à l’annonce que ce serait le train d’en face qui partirait en 1er, or quai glissant et humide…)
      Si les délestages n’étaient pas si fréquents, même en fonctionnement soi-disant sans incident (les QROL constamment supprimés ou délestés), on n’aurait pas pris l’habitude de se ruer comme des brutes pour changer de quai !

      … Un accident qui aurait pu être grave, (elle y a laissé une chaussure restée sur la voie, et avait des ecchymoses au visage) et elle a du être secourue par les pompiers plusieurs minutes après
      En effet, rester allongée sur un quai bondé, mouillé, sans siège (ni sur le quai ni disponible dans les trains) durant plusieurs dizaines de minutes l’ont conduit à faire effectivement un malaise malgré l’attention portée par une voyageuse.

      • Christophe (animateur)

        Bonjour gegene,

        Nous sommes vraiment navrés de ce qui est arrivé à cette dame. Les pompiers ont très vite été prévenus par nos agents et ont accompagné cette personne à l’hôpital.

        L’espace des gares est un environnement potentiellement à risque et des règles de sécurité, qu’il est nécessaire de respecter, existent.

        Je vous invite à lire cet article sur le sujet par exemple.

        Je vous souhaite une belle journée.

    • JK

      Merci d’avoir fait l’effort de ce récapitulatif.

      J’espère que la DLU ne conteste pas le fait que les malaises passagers sont directement consécutifs aux trajets prolongés dans des rames bondées. Autrement dit qu’il n’est pas question de s’exonérer de sa responsabilité lors de la publication des statistiques sur les causes d’incidents.

      Par ailleurs, comment le contre-sens a t’il pu se produire?

      • Christophe (animateur)

        Bonjour,

        Le contre sens permet de maintenir une circulation lorsqu’un train « bloque » l’une des voies habituellement empruntées (on peut voir ça sur l’autoroute parfois par exemple lors de travaux importants).
        Cela limite toutefois beaucoup le débit mais peut permettre à certains voyageurs de poursuivre leur trajet.

        Bon week-end

    • Viviane

      En même temps trains bondés = probabilité de malaises augmentée. C’est même étonnant qu’il n’y ait pas davantage de malaises voyageurs. Soit la Régie décide de transporter des boites de sardines, soit il y a une prise de conscience que le voyageur humain atteint parfois ses limites compte tenu des conditions de transport qu’on lui impose.

    • JK

      J’ajoute qu’il n’est pas seulement question « d’énervement ». Etant donné l’ampleur des retards et les conditions dans lesquelles nos déplacements ont eu lieu, il s’agit de conséquences réelles et fâcheuses et de natures professionnelle, personnelle et sanitaire.

      A ce niveau de retard, les avions et les trains grande ligne sont ratés, les examens sont ratés, les journées de travail sont fichues en l’air, les organismes sont éprouvés.

    • Mehdi d'Antony

      Bonjour
      Merci pour cet article qui donne un peu de sens à ces 2 matinées.
      Toutefois il me semble que ce qui est hors norme n’est pas le nombre d’alarmes mais plutot le nombre de malaises.
      Soit les gens sont vraiment en mauvaise santé, soit les conditions de transport suscitent ces malaises.
      J’ai mon idée sur la question.

    • Cecile91

      Vous avez juste oublié de dire que le conducteur de la rame bloquée à 8h15 à Gentilly à « inviter » les passagers à se rendre sur le quai d’en face pour prendre un train qui allait arriver à contre sens pour Denfert. Ce que les passagers ont fait dans l’immense majorité – mais le train n’est jamais arrivé -et donc le « bon » train reparti à 8h35 de Gentilly pour Denfert était quasiment vide. Nous sommes donc retournés sur le bon quai mais impossible de rentrer dans les trains suivants puisqu’ils étaient bondés donc malaises… Rigolo non?
      Juste une question: pourquoi quand il y a un malaise, la personne n’est pas sortie sur le quai avec un agent RATP de la station en attendant les secours? Ca lui évitera l’asphyxie (normal d’avoir un malaise avec le peu d’O² dans les rames…) et secondairement, ça éviterait que le train attende les secours

      • Christophe (animateur)

        Bonjour Cécile,

        Lors du premier malaise à 8h15, la régulation a organisé le passage des trains à contre sens : pour cela il a fallu faire passer les trains Paris – banlieue sud (pour ne pas les arrêter en pleine voie) et retenir les autres à quai, puis organiser le passage d’un train à contre sens de Gentilly jusqu’à Denfert.
        Une information voyageur a été faite en ce sens pour inviter les voyageurs à se rendre sur l’autre quai.

        L’intervention des pompiers a été rapide et à 8h30 nous avions l’information d’une reprise imminente. Comme passer au contre sens est lent, et bloque aussi la circulation dans le sens opposé, il était plus pertinent de reprendre la circulation «normale» sur la ligne dès que possible.
        Je comprends que n’avez pas eu le temps de revenir sur le quai initial et que le train est parti sans vous, et le regrette.

        Il y a toujours un difficile équilibre à trouver entre «reprendre au plus vite, avec le risque que des voyageurs n’aient pas le temps de revenir sur le train», et «attendre un peu, avec le risque que les voyageurs des trains bloqués derrière s’impatientent… »

    • n

      Merci pour ces informations.

      Qu’avez-vous prévu pour que ces incidents ne se renouvellent pas, ou que leur impact soit moindre ?

      • Christophe (animateur)

        Bonjour,

        La réduction des impacts des incidents est l’objet de nos soins quotidiens.
        Tous les jours, ces incidents sont analysés, décortiqués et des bonnes pratiques sont élaborées, des rappels sont faits…
        Je vous suggère de lire cet article.

        Notre attention porte également sur la prévention des incidents par la maintenance des installations et du matériel.
        Mais encore, par exemple, avec des campagnes sur les comportements des voyageurs (voir l’article sur les bagages oubliés).

        Les projets visent également à améliorer nos installations pour faciliter la fluidité des circulations (article sur le tiroir d’Orsay) et augmenter les possibilités de manœuvres.

        N’oublions pas non plus le MING, Matériel Interconnecté Nouvelle Génération (voir article) 😉

        Bon week-end 🙂

    • Opturne

      Merci pour les informations rapide concernant les incidents d’hier et ce matin.
      Avez-vous toujours des campagnes de publicité sur les actions nécessitant (et surtout ne nécessitant pas !) de tirer le signal d’alarme?
      Il semble que le problème soit surtout un problème d’éducation des voyageurs non?

      • NAul

        Un problème d’éducation des voyageurs ? J’en ai peur. Je m’informe autant que possible mais il est vrai que j’ai loupé la règle/loi interdisant de demander des secours en cas de malaise pour ne surtout pas perturber le rer B.

    • lem91

      Autant de malaises voyageurs sont souvent la conséquence de trains bondés ,étouffants et à un seul étage. Cela est dû au trop grand nombre d’incidents techniques,pannes de signalisations etc…
      Ils nous faut des rames à 2 étages!!!

    • NAul

      Une question, une seule : pourquoi avoir fait descendre les voyageurs à Gentilly (train arrêté à 8h15) prétextant un autre train sur la voie d’en face, pour faire ensuite partir le train d’origine à moitié vidé ? J’ai beau cherché, je ne vois vraiment pas en quoi nous mettre tous dehors a pu faire avancer quoique ce soit ! Mise à part notre énervement de voir notre train repartir sans nous, cela va de soi.

    • nathalie lagarenne

      bonjour,
      Le problème n’est pas que des accidents d’exploitation surviennent MAIS la non information ! ce matin vers 9h : quasi 30 min à l’arrêt sans info à fontaine-michalon. Le conducteur a annoncé au début de l’arrêt qu’il y avait des pb suite à malaise voyageur puis plus aucune info (on repart ? un jour ? jamais ? dans 10 min ? dans 30 ??).
      Par ailleurs, j’étais toujours bcp de mal à saisir pourquoi un malaise voyageur entraîne de tels retards… On ne l’allonge pas sur les voies pour lui faire du bouche à bouche, si ?
      Au final j’ai passé 1h30 dans le rer ce matin au lieu de 20 minutes (de palaiseau-villebon à cité U)…………..

      PS : et arrêtez de nous remercier pour notre compréhension (surtout pour les pannes diverses et variés de signalisation, chute de catenaire et que sais-je) : on n’est PAS compréhensifs !!!

    • Gobouto

      Je trouve effrayant que les malaises (indépendants et imprévisibles) engendrent de telles perturbations et ce malgré une bonne réactivités de vos équipes.
      La ligne ne semble pas pouvoir absorber ces incidents tant elle est sous tension. Les travaux du Grand Paris (qui touche à leur fin) ont ils encore une influence sur ce type d’incident ?
      Il semble facile de penser qu’un matériel plus capacitaire augmentera ponctuellement la capacités d’absorption du flux; en attendant, avez vous des projets d’amélioration dans la gestion de ce type d’incident ?

    • Cedced99

      2h pour faire Antony Chatelet-Les Halles mardi 26 septembre. Sans régulation 3 heures ? Il y a une belle marge de progression !

    • Matt92

      Bonjour,

      ce matin à Laplace (vers 10h), j’ai vu les pompiers évacuer un enfant d’une dizaine d’années, visiblement évanoui, le visage rouge, enroulé dans une couverture de survie, ce qui m’a beaucoup remué émotionnellement… Je souhaiterai savoir -si possible- si cet enfant va mieux ?

      Il y avait également une agent RATP avec une longue perche téléscopique terminée par des pinces… L’enfant serait-il tombé sur les voies ?

      Par avance merci de votre réponse.

    • Blaise

      Bonsoir,
      Peut-on faire une corrélation entre les trains surchargés et le nombre de malaise voyageurs ?

    • Alex1415

      Vu que vous avez l’air d’être dans votre période abstinence en terme de censure, je tente ma question.

      Pourquoi ne pas former une personne par station au secourisme pour le permettre d’évacuer le malade du train (si létat du malade le permet) au lieu d’attendre à chaque fois l’arrivée des pompiers?

      Merci d’avance pour votre réponse.

      • Christophe (animateur)

        Bonjour Alex,

        Lorsque les agents sont informés d’un accident, malaise etc. une procédure est immédiatement mise en place (présence de l’agent sur le lieu de l’accident, appel des secours …).

        Dans les plus grosses gares nous avons effectivement un service de sécurité incendie et assistance aux personnes, habilité à intervenir auprès du voyageur victime d’un malaise.
        Toutefois dans certains cas, seuls des services médicaux/d’urgence peuvent intervenir, ne serait-ce que pour déplacer la personne par les moyens appropriés (civière par exemple).

        Belle journée

        • mad_penguin

          Bonjour Christophe,

          Vous ne répondez pas à la question. Pourquoi ne pourrait-il pas y avoir en permanence au moins une personne par gare formée aux secours ? Par exemple la personne au guichet, qui pourrais se rendre sur place bien plus rapidement pour faire une première estimation.

          Cela permettrait d’améliorer la vitesse de traitement de 90% des malaises.

        • Christophe (animateur)

          Bonjour,

          Comme je vous l’ai indiqué dans ma réponse, dans les plus grosses gares nous avons un service de sécurité incendie et assistance aux personnes, habilité à intervenir auprès du voyageur victime d’un malaise.

          Je vous invite à lire l’article sur les malaises voyageurs : seuls les services de secours spécialisés sont habilités à prendre les mesures appropriées.

          Bon week-end !

        • jc

          Et mettre une civière à disposition, ainsi qu’une formation pour permettre de mettre la personne en attente dans un local adapté au lieu de la laisser souffrir sur place ?

        • OliV

          Bonjour, pourquoi la soi-disante ventilation réfrigérée ne tourne pas en permanence ? Présentement ds le train et en qqes minutes les vitres sont pleines de buée, les gens transpirent et les fenêtres sont bien fermées comme indiqué….

    • Cqoicebordel

      > Au total, ce sont 5 signaux d’alarme tirés en l’espace de deux heures ce matin, 8 pour la matinée d’hier : des enchainements hors norme.

      A noter que ces signaux d’alarme sont tirés en très grande majorité suite à des malaises voyageurs. Malaises qui sont dû aux surnombres de voyageurs dans les rames, qui sont dû entre autre aux précédents incidents.
      Donc dire qu’il s’agit d’un enchaînement hors norme n’est pas véritablement la bonne façon de décrire quelque chose de totalement prédictible.

    • Mathieu Bordigoni

      Il serait peut-être temps de revoir significativement les conditions de voyage à l’interieur des rames, notamment pour la climatisation et l’apport d’air. Quand les trains sont remplis, sans avancer, cela devient vite difficilement supportable pour les plus fragiles.

      Sans cela, ces enchaînements de malaises deviendront la norme malheureusement, surtout si vous persistez à faire évacuer un train complet pour mettre les passagers dans les trains suivants déjà bondés. Vous optimiser peut-être la circulation sur un incident précis mais vous en risquez potentiellement beaucoup d’autres du fait des malaises de voyageurs.

    • Bury

      Bonjour
      Je comprends très bien la difficulté que vous rencontrez lors dincidents répétitifs et indépendant de volonté quoi que vous êtes vous déjà pose la question à savoir pourquoi autant de malaise et d problème voyageur. Peut être des trains surchauffer du au monde. Le temps de transport sur le b très long. Les rames inconfortables. Tous ces problèmes engendrent des malaises voyageurs même si certains malaises ne sont pas du à cela mais ayez une bonne réflexion
      Cordialement

    • Maha

      Bonjour,

      Le retour sur les divers incidents de ses 2 derniers jours est appréciable et précis. Malgré tout il manque un petite analyse objective.
      Oui, il y a de nombreux malaises voyageurs, qui pour vous n’est pas une cause RATP/SNCF. Mais combien de ses malaises voyageurs sont imputables aux conditions déplorables en heures de pointe (sans incident) ? Prenant les trains depuis Orsay-ville et venant à vide du dépôt de Massy, ses même trains sont bondé dès Massy-palaiseau. Et il reste encore nombre de statons à desservir (ça s’est empiré depuis les arrêts entre bourg la reine et Cité-U). Les trains prennent du retard juste pour faire descendre, monter et fermer les portes ! Tout le monde est compressé, il fait souvent trop chaud… Bref, le terrain idéal pour faire un malaise voyageur !
      Et il va falloir encore attendre au moins 8 ans pour que ça s’améliore…

    • Ghislaine

      Le plateau de Saclay est en train d’être urbanisé : Université, Grandes écoles, logement. De plus en plus de voyageurs donc chaque année et ce, dès maintenant!
      De plus en plus de malaises de voyageurs à prévoir. Il faudra bientôt un poste secours à chaque station??????

      • jc

        Les maires de ces villes autorisent des construction à tout va, mais quand il s’agit de mettre la main au portefeuille pour financer des transports, y a plus personne. C’est une maladie agravée pour le projet grand paris.

      • 78jbo

        Oui, jc, tout à fait d’accord avec vous ! Notre RER B sud -ex-ligne de Sceaux – a été conçu au XIX è siècle : Paris était bien petit et sa banlieue, une belle campagne avec quelques villages. On a construit et on construit encore le Grand Paris sans avoir fait évoluer les infrastructures en conséquence. Il est facile de critiquer la RATP ou la SNCF ! Qui va interpeler les élus locaux de cette folie immobilière quand les infrastructures, routières et ferroviaires, sont saturées depuis déjà bien longtemps ?

    • Maud

      Bonjour,

      Merci pour ce retour à postériori. Cependant je voudrai vous faire part d’une certaine lassitude de la part des voyageurs ( dont je fais partie, je fais Gif /cité U tous les jours ). Je pense que nous avons atteint un pallier hier. Vous DEVEZ réagir, car je pense que le calme , un jour nous allons le perdre.
      Vous DEVEZ réfléchir sérieusement à la possibilité de rame à 2 étages, vos devez également revoir la gestion de incidents. et vous DEVEZ nous écouter . Personnellement je suis fatiguée de voyager tous les jours que Dieu fait dans de telles conditions, me voir augmenter mon Pass ( alors que l’on nous avait promis l’inverse). SVP, réfléchissez et proposez des solutions, écoutez les voyageurs qui peuvent avoir des idées. Il faut faire quelque chose car les gens y perdent leur santé

    • dans le train avant gentilly

      Christophe,
      J’ai eu, grace au conducteur, une très bonne information sonore de la situation.
      Je me situais dans le train juste après celui de 8h50 bloqué à Gentilly, donc entre l’aiguillage qui permet d’aller à contresens et Gentilly.
      Les informations données par le conducteur étaient claires, précises, on souhaiterait avoir le même type d’information de manière systématique en cas de soucis….

      Je m’étonne du nombre de malaise voyageur annoncé pour le mardi.
      Rien que dans mon wagon, le 4ieme de la premiere rame, le signal d’alarme a été tiré une fois et 3 personnes se sont trouvées mal.
      En allant discuter aux halles avec le conducteur en tête de train, il m’a dit avoir eu au moins 3 appels signal d’alarme.
      Et les pompiers qui évacuaient la personne s’étant trouvée mal à 8h50 ont fait le tour du RER suivant pour demander à tous veux qui se sentaient mal d’être examinés, une très bonne initiative de leur part!

      Enfin, pourquoi les pompiers ont mis plus de 40 min à arriver à Gentilly entre l’appel effectué par la RATP et leur arrivée?
      Ne pouvez vous pas mettre des pompiers dans certaines gares comme celà est fait sur le RER A et aux halles aux heures de pointe?
      Merci de votre retour.

    • Rodolphe

      Il devient urgent d’équiper la 2eme ligne RER d’Europe (après le RER A ) de rames à 2 niveaux.
      Il devient urgent de doubler le tunnel le plus chargé d’Europe entre Châtelet et Gare du Nord.
      Il devient urgent d’adopter le diagramme des sièges des MI 84 qui permet une plus grande capacité des rames au lieu de généraliser le diagramme des MI 79 qui offre une moindre capacité de gens debout en période de pointe.
      Pourquoi aucune de ces 3 mesures n’est mis en place?
      Pourriez vous me répondre s’il vous plaît?
      Cordialement.
      Rodolphe.

    • Un usager

      La situation est symptomatique des consistions de transport.
      Il faut donc être en forme physique et mentale pour affronter le RER. Malheureusement pour certains il s’agit de situation de survie.
      La gestion de flux de train ne traduit pas une qualité de transport d’un usager.
      Très bonne continuation.

    • jc

      Je suis toujours aussi surpris qu’aucun personnel formé ne soit présent en gare afin de prendre en charge rapidement la personne.

      Ça doit sans doute coûter plus cher à la ratp / sncf que la facture à payer au ifm à la fin du mois à cause de l’immobilisation du train.

      Je n’arrive pas à comprendre pourquoi la régulation n’a pas demandé au conducteur du train qui était à juste avant gentilly, d’aller dans la cabine arrière pour renvoyer son train sur le 3 ème quai de laplace. Ça aurait évité une évacuation spontanée légitime.

      • mad_penguin

        L’immobilisation d’un train ne coûte rien (ou presque) à la RATP/SNCF. Cela répond à votre question…

        Pour étayer mes dires : la FNAUT IDF a calculé que le montant des pénalités appliquées par le STIF pour les problèmes du RERB équivalaient à 6€/usager. Comparez au prix d’un passe Navigo (en simplifiant grandement : 12×75€=900€) : la pénalité équivaut à 0,7%. Vous je ne sais pas, mais un contrat qui m’impose moins de 1% de pénalité en cas de non-respect, moi je trouve ça sacrément sympa. Et ensuite, rappellez-vous que ce passe Navigo ne représente que 28% du financement, le reste provenant des entreprises (donc de votre salaire) ou de la collectivité (donc de vos impôts). La pénalité représente donc finalement environ 0,2% du financement. Et cela pour TOUS les trains arrêtés/annulés/retardés, pas par train.

      • Christophe (animateur)

        Bonjour jc,

        C’est techniquement possible de descendre, changer de bout, et repartir à contre sens moyennant des procédures de sécurité assez longues sur la plupart des secteurs de la ligne B.

        Toutefois quand le conducteur descend de sa cabine pour reprendre celle derrière : il doit « couper » sa cabine de tête ( ce qui veut dire rame dans le noir / pas de contrôle sur les portes) jusqu’à ce qu’il change de bout (208 mètres).

        De plus, des procédures de sécurités doivent également être appliquées pour la circulation d’un train dans le sens contraire du sens normal.

        Le temps de ces procédures est souvent plus long que celui de la résolution du problème devant. Et de ce fait elles sont très rarement appliquées.

        Belle journée 🙂

    • Rodolphe

      Bonjour Christophe,
      Pourquoi le RER b, 2ème ligne de RER d’ Europe en terme de fréquentation après le RER A n’est pas équipé de trains à 2 niveaux?
      Pourquoi généralisez vous le diagramme des MI 79 au lieu celui des MI 84 qui a une plus grande capacité de personnes debout?
      Pourquoi ne pas doubler le tunnel Châtelet – Gare du Nord?Celui-ci est un des plus chargé du monde.
      Cordialement,
      Rodolphe

      • Christophe (animateur)

        Bonjour Rodophe,

        Je vous invite à lire l’article sur le MING 🙂

      • 78jbo

        Bonsoir… Je me permets une réponse à @Rodolphe. La ligne B sud est limitée dans son gabarit, notamment à Denfert-Rochereau, coincée entre la chaussée des automobiles et le métro juste en dessous. Pas possible de faire circuler des Z2N (: rames à 2 niveaux). Quant au doublement du tunnel entre GdN et Châtelet, sûr qu’il aurait été intelligent de le réaliser, comme c’est le cas pour les RER A & D entre Châtelet et G. de Lyon… Sûr que le soir, aux heures d’affluence, ce goulet GdN – Châtelet ne fait pas présager le respect des horaires… jusqu’à St Rémy !

        • 78jbo

          … petit souvenir d’il y a près de 10 ans. Un soir, tard, une rame RER D est entrée à Châtelet sur la voie du RER B. Erreur d’aiguillage ! Il a fallu au conducteur (étonné de la situation) faire un rebroussement pour regagner sa vraie place ! Un commentateur croit avoir vu une Z2N ( : rame à 2 niveaux) vers Laplace ? Ce train n’aurait pu y accéder que depuis Massy-Palaiseau.
          Oui, comme dit plus haut, le RER B sud – ex-« ligne de Sceaux » a été conçu et réalisé il y a 150 ans pour emmener en promenade des parisiens privilégiés ! L’agglomération parisienne était très campagnarde alors… Notre ligne a gardé ce profil avec beaucoup de virages ayant de faibles rayons de courbure… La vitesse ne peut pas être très élevée (contrairement à l’actuel RER B nord). Et puis, en hauteur, certaines gares sont à l’étroit comme Denfert-Rochereau… Impossible désormais de rectifier ce gabarit…
          L’urgence serait déjà de doubler le tunnel GdN – Châtelet… A l’époque de l’interconnexion, on a vraiment sous-estimé l’accroissement de la fréquentation, un peu comme en 1977 lors de la jonction du RER A !

        • Erwann

          Bonjour

          Non, le gabarit permet à un Z2N (RER-D) de circuler sur le B, de Gare du Nord à Massy-Palaiseau. Les trains égarés du RER-D, arrivés sur le mauvais quais à Châtelet-le Halles, ont été envoyés tourner sur le quai central de Laplace, via Denfert.

          Oui, la « Ligne de Sceaux » accuse plus de 150 ans d’existence, et a été contamment remanié. Les vitesses y sont élevées (60-80-90 sur une majorité de la branche sud contre 100-120 au nord), les rayons de courbures prononcés surtout entre Bourg-la-Reine et Robinson. Les MI79 arrivent à y tourner, ils ont été conçus pour. J’ai un doute pour les MI09 du RER-A.

          Oui, l’urgence est la séparation des flux RER-B/RER-D entre Gare du Nord et Châtelet-les-Halles. Des sillons seraient libérés pour les deux lignes. Malheureusement sans cesse repoussé.
          Là-dessus, le RER-A a été plus chanceux : ouvert dès 77, l’accroissement de son trafic a interdit tout partage des voies avec le futur RER-D prévu à l’origine, rendant indispensable la séparation des flux A et D. La ligne de Sceaux n’a atteint Gare du Nord qu’en 81 et il a fallu attendre la fin des radiations des rames « Z » en 88 pour voir toutes les missions interconnectées nord/sud. Pendant ce temps, « on » n’a pas rempli « notre » tunnel et du coup le RER-D s’y est installé dès 87. Et plus personne n’ose l’y enlever.

    • PHIL091

      Cette ligne est une tragédie ! HELP !!!!!