Grève nationale vendredi 22 et samedi 23 Juin . Retrouvez toutes les informations des circulations ici (appuyez sur « + » pour dérouler le bandeau).

 

En raison d’une grève nationale, le trafic sera perturbé vendredi 22 et samedi 23 Juin sur le RER B.
Retrouvez vos horaires sur les applis mobiles ou les sites transilien.com et ratp.fr
Pour l’information trafic en temps réel, suivre le fil Twitter de la ligne @RERB

Un changement de train à Gare du Nord sera nécessaire.

Prévisions de trafic le vendredi 22 Juin :
– 1 train sur 2 toute la journée entre Gare du Nord et Aéroport Charles-de-Gaulle 2/Mitry-Claye.
-2 trains sur 3 en heure de pointe et service normal aux heures creuses entre Gare du Nord et Gif-sur-Yvette/Robinson.

Prévisions de trafic le samedi 23 Juin :
– 1 train sur 2 toute la journée entre Gare du Nord et Aéroport Charles-de-Gaulle 2/Mitry-Claye.
– Service normal entre Gare du Nord et Gif-sur-Yvette/Robinson.

Rappel : le trafic est interrompu entre Gif-sur-Yvette et Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Bus de remplacement à disposition.

Horaires prévisionnels 22 juin :
– De Gare du Nord vers Aéroport Charles de Gaulle/Mitry-Claye
– De Aéroport Charles-de-Gaulle/Mitry-Claye vers Gare du Nord

Horaires prévisionnels 23 juin :
– De Gare du Nord vers Aéroport Charles de Gaulle/Mitry-Claye
– De Aéroport Charles-de-Gaulle/Mitry-Claye vers Gare du Nord
– De Gare du Nord vers Saint-Rémy-lès-Chevreuse/Robinson
– De Saint-Rémy-lès-Chevreuse/Robinson vers Gare du Nord

 

 

+

26082015

Au quotidien

30

Interruption partielle des circulations le mardi 25 août 2015

En raison d’un accident grave de voyageur en gare de La Courneuve- Aubervilliers, le trafic sur le RER B a été fortement perturbé, hier, en fin d’après midi.

Pour un certain nombre d’entre vous le trajet a été difficile hier. Une partie de la circulation a dû être interrompue à la suite d’un accident de personne survenu vers 16h40 lors du passage d’un train TER en gare de La Courneuve- Aubervilliers.

Le trafic a été aussitôt arrêté sur les voies du train TER où circulent également les trains de la ligne K et certains trains FRET, ainsi que sur les voies adjacentes, celles du RER B, au nord de la ligne. Pour desservir un plus grand nombre de gares, des navettes de trains ont été mises en place entre les gares d’Aulnay-sous-Bois et l’Aéroport Charles de Gaulle et Mitry-Claye.

Vers 17h30, les pompiers ayant autorisé la reprise du trafic sur les voies du RER B, la circulation a pu reprendre à allure très réduite et sans marquer l’arrêt en gare de La Courneuve-Aubervilliers. Toutefois, l’arrêt des circulations a de nouveau été imposé de 18h30 à 18h40 afin de compléter l’évacuation des voyageurs présents à bord du train TER.

Sur autorisation de l’Officier de police judiciaire, les circulations ont pu progressivement reprendre sur la ligne B vers 18h40, puis sur les voies empruntées par les TER vers 18h55.

À lire également

Accident grave de voyageur : conséquences sur le trafic et solutions mises en œuvre

[INTERVIEW] Chef de régulation au sein du Centre de commandement unique du RER B

Les commentaires sont fermés.

  • Nailik

    Petite suggestion : quand le trafic doit être interrompu un moment ou grandement perturbé sur le RER, il faudrait augmenter l’offre de transport sur les trajets alternatifs.
    Par exemple : le bus 350 qui partait à 18h de gare de l’est était bondé dès le départ et n’a donc pas pris de passager aux arrêts suivant. Obligeant les usagers qui s’étaient rabattus sur ce bus à attendre 20 minutes le suivant qui était presque aussi bondé que le précédent.

    Augmenter temporairement la fréquence ou prendre des bus plus grands (en accordéon) devrait être automatique et permettrait aux usagers qui en ont besoin de quand même atteindre leur destination avec un retard et un confort raisonnable, d’autant plus quand ils font l’effort de trouver une solution pour ne pas engorger plus le RER B au moment de la reprise de service.

    • Mathieu.

      Le problème dans ce cas je pense c’est de trouver des bus et des conducteurs rapidement, en pleine heure de pointe…
      A mon sens, la seule alternative qui tienne la route question charge c’est RER E + T4 jusqu’à Aulnay, mais ça ne peut pas contenter tout le monde.
      D’ailleurs, je constate à l’occasion de ce genre de problème (interruption Aulnay Paris) que la mise en place des missions partielles CDG-Aulnay et Mitry-Aulnay prend beaucoup de temps, et il n’y a quasiment aucune info sur leurs heures de passage (vécu hier à CDG2: 20 min à quai sans aucune info sur un départ ou non du train, j’ai fini par prendre un TGV pour chessy + RER A). Par contre félicitations aux agents de la gare qui ont fait une annonce en anglais sur l’utilisation du T4/RER E.

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Nailik,
      En cas de travaux prévus à l’avance, entraînant une interruption conséquente, la fréquence des lignes de bus, de train ou de métro peut être renforcée. Lorsqu’il s’agit de perturbations inopinées, cela devient nettement plus compliqué. Comme le précise @Mathieu, pour augmenter l’offre de transport, il faut des conducteurs mais aussi du matériel.
      Lors d’une interruption imprévue, en fonction de la durée de l’incident et des ressources disponibles, des bus de substitution peuvent être commandés. Il faut cependant compter une heure entre la commande et la mise en place effective des bus. A noter que la capacité d’un bus reste limitée. A titre d’exemple, pour recevoir tous les voyageurs d’un RER, il faudrait environ 18 bus, ce qui ne peut se faire sans dégrader l’offre de réseau bus.

  • RER Betail

    Bonjour,
    Pourquoi (plusieurs fois au cours de cette soirée – voir témoignages Twitter) avez vous rendu direct (vers St Remy) les RER Massy/Orsay-Ville ?
    Ceci a entraîné une attente pour les malheureux habitant entre ces gares de 30 minutes ! Oui je dis bien 30 minutes ! Soit une attente plus longue que le trajet !
    Il aurait été « normal » de rentre le direct omnibus, vu le délai d’attente il n’y aurait pas eu d’embouteillage…
    Merci pour votre retour.

    • Sonia

      Je suis tout à fait d’accord. Je ne comprends toujours pas pourquoi tous les trains ne sont pas rendus omnibus lorsqu’il y a des perturbations. Vu les trains circulent déjà au ralenti, pourquoi ne pas les arrêter à chaque gare ?

      D’ailleurs, je ne sais pas si le sujet a déjà été abordé sur ce blog, mais de manière générale, quel est l’intérêt réel des trains direct ? Mis à part bien sûr le fait de pouvoir affirmer que telle ville est à 30 min de Paris (pour mieux vendre / loyer son bien immobilier ?) alors qu’en réalité, une gare avant ou après, le temps de parcours est considérablement plus long…

      • jc

        La différence en bout de ligne prend son sens :
        Pour faire Gif => Gentilly : 35 minutes
        En omnibus, il faut 15 minutes de plus.

        Les 15 minutes ont l’air de rien, mais quand on fait un trajet de plus d’une heure dans la journée, les minutes en plus sont psychologiquement usantes.

        En été les horaires mal branlées faisaient passer mon temps de trajet moyen de 45 minutes à 1h15.. j’ai fini par ne plus arriver à décoller du taf le soir.. déprimant.

        Mais rassurez-vous.. ce privilège des direct risque de sauter avec le schéma directeur SUD.. ils l’ont déjà fait dans le NORD.. et c’est une réussite niveau densité de personnes transportées.. C’est une catastrophe sur le vécu des gens qui sont entassés dans les rames et qui voient leur temps de trajet moyen rallongé de 20 minutes..

        Et oui, l’inconvénient des directs sur des voies non dédiées, c’est que ça permet de faire voyager un peu moins de personnes.
        L’avantage, c’est que ça apporte en confort.

        Je ne prendrais jamais d’omnibus pour aller à l’aéroport Charles de Gaules.

      • Cecile

        Je trouve que c’est plutôt les « horaires mal branlés », plus que les fameux « avantages », qu’il faudrait corriger dans le but d’avoir une meilleure répartition des voyageurs dans les trains.

        Je prends l’omnibus (je suis « obligée ») et plusieurs soirs par semaine (en horaire normale), je vois des Orsay partir avec des places assises car il suivait de trop près le Saint-Remy et qu’aucun RER A n’était arrivé entre temps. Le Massy-Palaiseau est ensuite plein de gens qui descendent à Antony ou à Bourg-La-Reine, qui auraient pu monter dans le Orsay. Il y a un peu trop d’effet accordéon le soir, je trouve.

        Je suis tout à fait d’accord avec jc sur les horaires d’été. Entre les travaux du RERA et les horaires pourris du RERB, je suis passée d’un trajet de 1h30 à 2h30 (pour un retour, avec 26 arrêts, pour l’aller je n’étais qu’à 2h), pas tant à cause du détour par Saint-Lazare et la ligne J mais plutôt par le temps d’attente de souvent plus de 20 minutes pour avoir un omnibus à Châtelet, un omnibus bondé pour rajouter un plus à la fatigue (car le flux de voyageurs n’étaient toujours pas bien réparti et c’est le bondé plus que le temps d’attente qui fatigue).

        Je ne sais pas si Sonia prend l’omnibus mais en fait, quand vous êtes dans le train, vous avez l’impression que le trajet ne se terminera jamais, que cela se traîne. C’est un peu la fatigue « psychologique » dont parle jc. C’est usant car cela donne l’impression que les minutes sont plutôt RATP que « normales ».

      • Céline (animatrice)

        Bonjour RER Betail et Sonia,
        Après vérification, la grande majorité des trains a été rendue omnibus en direction du sud de la ligne en répercussion de l’accident grave de voyageur. Ainsi, de 16h45 à 18h50, 9 trains sur 10 ont desservi toutes les gares du parcours.
        Malgré les changements de dessertes, le code mission des trains n’a pas été modifié, ce qui a pu prêter à confusion

      • jc

        Petite suggestion Cécile :

        Quand le trafic est perturbé, il arrive parfois que des RER soient injectés depuis Denfert. Il faut donc mieux essayer de prendre un RER direct à moitié vide, et descendre à la dernière gare desservie par les 2 missions. ça permet parfois de chopper un omnibus VIDE 😉

      • Sonia

        @Cecile : Oui, je prend l’omnibus, et même, pour être exacte, ma gare de départ est avant Massy-Palaiseau, et celle d’arrivée est après Massy-Palaiseau, et uniquement desservies par des omnibus. Donc je dois prendre deux omnibus par trajet pour faire 5 gares… avec (sauf cas exceptionnel, c’est-à-dire les problèmes sur la ligne) deux trains que je dois laisser passer entre mes trains (+ celui ou ceux que je ne peux pas prendre depuis ma gare de départ). En somme, grâce aux horaires très avantageux pour moi, la plupart du temps, quand j’arrive à ma gare, il y a un (voire deux) train sans arrêt ; un omnibus jusqu’à Massy-Palaiseau ; un ou deux trains qui ne desservent pas ma gare d’arrivée ; mon deuxième omnibus. Bien sûr, on me conseillera le bus, mais j’ai la chance de vivre sur un territoire où une guerre fait rage entre la RATP et la société de bus locale : pour la faire courte, par crainte de concurrence, je n’ai pas le droit de monter dans un bus qui pourtant dessert (directement) mon domicile ET mon lieu de travail (par crainte d’être sanctionnés par la RATP, les conducteurs refusent les voyageurs aux arrêts, qui sont desservies uniquement pour les voyageurs qui descendent !), donc je suis obligée d’en prendre deux de toutes les manières (avec correspondance à la gare routière de Massy-Palaiseau, ceux qui connaissent compatiront). On pourra aussi me conseiller d’au moins suivre les horaires pour au moins arriver à l’heure en gare pour le premier train. Étant en bout de ligne, les horaires fluctuent sans arrêt ! Dans un sens (vers Paris), ça va encore, les trains n’ont pas eu le temps d’accumuler du retard, dans l’autre, je n’ai jamais vu un train à la même heure deux jours de suite. Et si ce n’était pas suffisamment convaincant : 45 min de trajet en moyenne pour 5 gares. En omnibus, 20 min de MOINS. L’exception qui confirme la règle, je suppose.

        Il est parfois même plus avantageux de prendre un train dans la direction opposée (qui se trouve arriver en gare), par exemple pour moi, vers Paris, puis de changer à Antony pour un train direct vers le sud. En gros, reculer pour mieux sauter. J’ai déjà gagné 15 min comme ça, mais en toute illégalité (mon forfait ne me permettant pas d’aller à Antony). Avec l’arrivée des forfaits toutes zones, c’est une option que je vais étudier beaucoup plus sérieusement.

        @jc : En fait, je comprendrais l’utilité des directs uniquement s’il existait des directs pour chaque couple départ/arrivée (évidemment impossible). Ou, plus raisonnablement (encore que ?), si, comme vous le dites, il y a des voies dédiées, ce qui permettrait à un direct de doubler les autres trains. Si vous souhaitez vous rendre à une gare presqu’uniquement desservie par des omnibus, même en prenant un direct « pour vous avancer », il faudra de toutes les manières attendre l’omnibus suivant, que vous auriez pu prendre dès le départ, puisque la plupart du temps, les trains ne se doublent pas (j’ai cru comprendre que c’était possible entre Paris et CDG, d’après un agent croisé à CDG). Et vu le nombre de gares en extérieur, je préfère la plupart du temps attendre un peu l’omnibus dans le froid et faire tout le trajet d’une fois au chaud, plutôt que de faire un trajet plus court au chaud, et attendre (forcément plus longtemps, l’omnibus étant lent) dans le froid pour finir mon trajet. Après, la grande question, c’est de savoir s’il vaut mieux mettre tout le monde à la même enseigne ou donner la chance à certains (ceux qui ont les moyens de vivre près des gares toujours desservies, quartiers forcément plus attractifs) d’avoir un « privilège », pour reprendre vos mots.

        @ Céline : Je ne sais pas si les codes missions ont été modifiées, je ne les regarde jamais. Il était 19h, les annonces vocales signalaient l’incident terminé à Aubervilliers MAIS un trafic toujours perturbé dans les deux sens. Donc on était toujours en contexte de perturbation. En gare, les panneaux (sauf avec la liste des gares desservies) annonçaient des trains non omnibus, et les trains diffusaient des avertissements (« ce train sera direct jusqu’à Antony ») non infirmés par le conducteur. Donc soit les trains étaient omnibus et RIEN n’était fait pour informer les voyageurs (critique régulière sur ce blog), soit ils ne l’étaient pas tous, d’où notre demande.

      • Céline (animatrice)

        Bonjour Sonia,
        Nous allons regarder cela de plus près afin de comprendre ce qu’il s’est passé. En effet, une grande partie des trains a été rendue omnibus. Il semblerait toutefois, d’après vos retours, que l’information n’ait pas toujours été actualisée.

      • Cecile

        @sonia : je comprends mieux. J’ai fait cela quand j’étais à la fac Fontaine-Michalon / Bures-Sur-Yvette. C’était un temps où le RER marchaientt bien en plus, avec les correspondances qui marchaient et tout et tout.
        Je trouvais aussi que c’était long et pas pratique mais j’ai toujours pensé que c’était parce que je n’étais pas dans le bon sens, pas dans la fameuse « pointe ». J’ai ce cas actuellement pour le RER A et clairement, cela fait un peu sens des pauvres, des oubliés.
        Je suis tout à fait d’accord avec vous que l’omnibus n’arrive jamais à la même heure dans ce sens ; je le vois tous les matins à FM. Il n’y a jamais aucune info pour ces retards en plus.
        L’histoire du bus est tout simplement hallucinante ; je compatis.

        @jc : normalement, je m’avance jusqu’à Denfert parce que c’est plutôt sympa. Mais en fait le conseil de s’avancer le plus possible n’est pas toujours bon. En situation perturbée, il faut toujours garder une porte de sortie. A Bourg-la-Reine, il n’y a que le 197 pour remonter la N20 (dans lequel on ne peut pas monter quand il y a un problème) et à Antony, c’est idem. Parfois, l’omnibus est supprimé et vous pouvez attendre longtemps le suivant (j’ai attendu 30 minutes une fois alors qu’il était annoncé juste derrière à Châtelet).
        Après plusieurs essais, le mieux reste Denfert car plusieurs solutions pour s’en sortir, une gare un peu plus sympa que celle d’Antony ou Bourg-la-Reine pour attendre et les trains vides parfois injectés (je n’ai vu qu’une fois un train omnibus injecté à BLR et jamais à Antony), le seul défaut est qu’en montant, vous êtes au milieu du couloir (je suis encombrante donc j’ai toujours l’impression de gêner, ce qui rend le trajet plus fatigant encore.
        En plus à Denfert, si le train est devenu omnibus par le pouvoir du régulateur, vous êtes assez souvent informé, ce qui n’est pas le cas à Châtelet.

  • gumop

    Pourquoi dès lors qu’il y a un problème sur ligne du RER B (c’est à dire, très souvent..) les trains en direction de Mitry sont réduit au minimum (voir tous supprimé…) Non, tous les gens ne se rendent pas seulement à gare du nord, non, il n’y a pas que des touristes qui doivent se rendre à L’aéroport.

    Encore hier 4trains Aeroport pour 1 Mitry
    et dès lorsque qu’on nous annonce le prochain pour mitry après 40 minutes d’attente et bah non ! le train est en fait direction aeroport..

    • RER BETAIL

      Bonjour,
      C’est faux pas 9/10, j’ai du attendre mon train 30min et une amie qui l’a pris 1h avant a également attendu 30min, il faut revoir vos chiffres désolée je suis certaine de moi !
      Merci quand même pour la réponse.

  • jc

    Pourquoi l’application RATP à donné « incident voyageur ».. alors qu’il s’agissait d’un « incident grave de voyageur ».

    Pourquoi je chipote ?

    En fait pour moi (et sans doute pour un certain nombre d’usagers), un incident de voyageur, c’est peut-être un malaise ou autre : ça se résouds dans les 30 minutes le temps de faire intervenir les secours.
    Un accident grave de voyageur, c’est une interruption totale du service pendant environ 2H (et je ne m’attends pas à voir un train circuler).

    Dans le premier cas, je peux éventuellement attendre un peu pouvoir comment ça va reprendre.

    Dans le 2ème cas, je rentre à pied ou je travaille sur les correspondances, le tout sans perdre de temps.

    Autre remarque :
    sur les quai on a eut « l’incident est maintenant terminé en gare de la Courneuve, le trafic reste perturbé dans les 2 sens de circulations »
    Hum, il me semble avoir déjà souligné que bon, ok, c’est bien de nous dire ça. Mais en fait, ça n’apporte pas beaucoup d’information concrète aux usagers.
    Une information personnalisée sur le temps moyen de trajet serait intéressante.

    Enfin : tout les HP de la gare de Bourg La Reine sont HS : le son est haché. Sans doute la partie amplification qui est en train de rendre l’âme.. du coup, ça fait plus de bruit que ça n’informe, c’est bien dommage. Je donne l’information car c’est une gare stratégique où les HP servent également à indiquer le prochain train.

    Je profite de ce billet pour parler d’une expérience de non communication qui m’est arrivée samedi. Et qui a eut le don de faire monter mon niveau de stress à un niveau proche de l’insupportable.

    A 13h14, je suis arrivé à Fontenay Aux Roses pour accompagner ma soeur (qui n’y connait rien en réseau de transport francilien), j’ai vu passer le train de 13h13. Nous avions soit le 13h13, soit le 13h34 comme solution pour nous rendre sur Paris afin d’avoir son train.
    En tendant l’oreille, j’ai entendu sur le quai d’en face qu’un malaise voyageur avait perturbé le train à destination de Robinson. Retardé.
    Ok.. mais à aucun moment il nous a été signalé que comme on n’est pas capable de stocker des trains à Robinson, le train de 13h34 serait annulé. Donc prochain train .. euh 13h54.. YOUPI !! avec un train à gare de lyon à 14h37.. C’est mort ! Et surtout ne pas péter un câble devant ma soeur.. qui n’aurait pas su gérer le stress.

    Plusieurs solutions :
    * péter un scandale sur le quai et perdre de nombreuses minutes à insulter des gens qui ne sont pas responsables
    * rentrer à la maison pour chercher la voiture et y aller .. manque de bol, ma voiture a été emboutie la semaine dernière par un camion et elle est au garage.
    * prendre un taxi

    Ou…
    Quand on est geek et qu’on a un smartphone (pour une fois que trouve une utilité à ce machin).. utiliser l’application RATP qui me donne le 128 à 13h15.
    On est donc ressorti de la gare et d’un pas pressé, nous avons pu prendre le 128, puis la ligne 4 puis la ligne 14, et nous aurions même pu prendre un café avant qu’elle prenne son train.

    Si je n’avais pas eut de smartphone.. la RATP n’aurait pas pu m’informer de la marche à suivre pour rejoindre Paris.

    Quelques suggestions :
    * mettre en place une information en gare (sur tous les accès).. des itinéraires de substitution.
    * reporter les horaires temps réel des arrêts autour du RER sur des écrans. (un peu comme c’est fait à Châtillon Montrouge Métro.. c’est tellement pratique.. PLEASE ! faut le faire ;))
    * annoncer au micro les suppressions de train, afin de permettre une action rapide (et éviter de perdre du temps)

    • Céline (animatrice)

      Bonjour jc,
      « Accident grave de voyageur » aurait été un terme plus adéquat, je vous l’accorde. C’est un point que nous avons fait remonter. Il est en effet important que les voyageurs puissent saisir la véritable dimension de l’incident.
      Estimer un temps de trajet en situation perturbée est délicat car la durée varie au fil de l’incident. Elle évolue aussi en fonction de la zone dans laquelle on se trouve et dans laquelle on voyage. C’est néanmoins une perspective d’évolution à laquelle nous réfléchissons, de même que la visualisation de la localisation des trains en temps réel.
      Concernant les itinéraires alternatifs, vous avez certes la possibilité d’effectuer une recherche d’itinéraires sur les applications RATP et Transilien. Vous pouvez également télécharger les itinéraires bis sur ce blog (certains sont d’ailleurs affichés dans les gares de la ligne). Les agents des gares se tiennent également à votre disposition pour vous accompagner dans votre trajet.
      Enfin, concernant le caractère inaudible des annonces en gare de Bourg-la-Reine, cela a été transmis au service compétent.

      • jc

        Merci beaucoup 😉

      • Céline (animatrice)

        Bonjour jc,
        Après vérification, les agents de la gare de Bourg-la-Reine ont bien noté ce défaut et une intervention a été réalisée. Un essai a été effectué cet après-midi : tout fonctionne à nouveau ! Bon week end.

      • Sonia

        Je crois l’avoir déjà souligné, mais vous devez sûrement avoir des millions de données sur une quantité tout aussi importante d’incidents sur la ligne B. Parmi ces données, le début et la fin d’un incident. Avec un bon data scientist (c’est la grande mode !), vous devriez sans problème pouvoir classer ces données, et, si ce n’est trouver un modèle mathématique de prévision de durée d’incidents (avec de l’apprentissage, encore appelé machine learning en anglais, ce type de problème doit être envisageable), au moins dans un premier temps donner les durées statistiques de tel type d’incidents.

        C’est bien d’indiquer « incident grave de voyageur », mais au final, c’est laisser au voyageur la charge d’imaginer l’importance des moyens mis en oeuvre pour ce type précis d’incident (ou d’aller se renseigner, s’il sait que l’information existe). Ce n’est pas le boulot du voyageur, qui n’est pas expert ! Un jour viendra où un modèle mathématique sera en mesure d’estimer en temps réel la durée d’un incident en cours (étant donné tous les paramètres que vous citez). Mais en attendant, « incident grave de voyageur ; durée moyenne observée pour ce genre d’incident : (je dis n’importe quoi) 4 heures », ça apporte une information. On ne vous demande pas de signer avec votre sang une estimation précise à la seconde près de la durée prévue de l’incident ! Dites-nous si, en général, ça se compte en heures, en minutes, si des trains circulent ou pas. Comme ça, on peut avoir une vague idée de si ça vaut la peine de rester (et engorger la gare), ou trouver un itinéraire alternatif. Et surtout, n’attendez pas avant d’annoncer cette durée « observée », qui doit pouvoir être donnée très vite (un incident grave de voyageur, c’est un incident grave de voyageur, même si ça peut varier d’un cas à l’autre, je pense raisonnablement que vous pouvez affirmer tout de suite que ça prendra des heures avant retour à la normale).

      • Céline (animatrice)

        Bonjour Sonia,
        L’analyse quotidienne des circulations et de leur gestion a permis la mise en place d’un tableau spécifique à destination des acteurs de l’information voyageurs. Celui-ci répertorie les incidents majeurs, les messages clés à diffuser, mais aussi, la durée moyenne de résolution des incidents. Cette dernière donnée permet d’indiquer une heure de reprise approximative et ainsi permettre aux voyageurs de s’organiser en cas d’importantes perturbations. Nous veillons à ce qu’elle soit communiquée de façon systématique à chaque interruption de trafic ou non desserte de gare.

      • Cecile

        @ Sonia : je me dis la même chose pour le « data scientist ». Avec l’expérience des régulateurs, des personnels du RERB dans leur ensemble, on peut savoir quels sont les paramètres importants (gare, heure, type d’accidents, trains en circulation, retard actuel sur la ligne, type de pannes …) sur les différents incidents, faire tourner un réseau de neurones ou autre avec les paramètres actuels et on aurait des informations bien meilleures au niveau des durées, sur les conséquences à prévoir. La seule chose qu’on ne peut pas prévoir du tout c’est les gens sur les voies parce qu’il y a un peu trop d’humains dans l’affaire.
        Dans le même genre, mon train était prévu à 6h47 ce matin, le précédent était annoncé pour passer à 6h46. Même moi, je sais qu’à Fontaine-Michalon, les trains passent avec trois minutes d’écart. Franchement, cela coûte quoi de rajouter une règle au programme … Quand il est écrit à 5 minutes, il n’est tout simplement pas parti de Massy-Palaiseau. Cela ne sert à rien d’écrire le train passe dans cinq minutes pendant cinq minutes, mettre tout de suite train retardé et n’afficher l’heure que quand il part (il y a un problème, c’est évident).

  • Siva

    Bonjour,

    Idvroom l’appli de covoiturage de la SNCF qui propose déjà le remboursement des trajets lors des travaux devrait généraliser le principe aux situations perturbées…

  • Jeannot91

    Bonsoir

    Le mercredi 26/08/2015 s’est produit un malaise voyageur en gare de Denfert Rochereau à 8h17
    Cet incident a été remonté sur Twitter

    Par contre, je n’ai pas reçu de notifications par mail, bien que je sois inscrit à celles-ci

    Comment cela se fait-il?

    Cordialement

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Jeannot,
      Il doit s’agir d’un bug à la diffusion car l’incident a bien été saisi dans l’outil.
      Si vous disposez d’un smartphone, n’hésitez pas à télécharger l’application RATP ou SNCF pour être alerté en temps réel des perturbations sur la ligne.

  • Sophie59

    Pour ma part, ce trajet mardi soir a été une véritable horreur…pour vous dire je suis rentrée chez moi à…22h30

    Tout a commencé à Croix de Berny ou j’ai pris un RER vers 17h45…il roule normalement jusque Laplace. A partir de Laplace, ralentissements, arrêts entre 2 stations, arrêts prolongés à des stations sans réelle grande explication si ce n’est « notre train est momentanément retenu en gare, il repartira dans quelques instants »…mais c’est arrivé à Denfert Rochereau que cela se complique un peu…moi venant du Sud de Paris, je me suis retrouvée à Denfert, sur le quai allant en direction de St Remy les Chevreuse/Robinson donc en direction du…Sud. J’attends patiemment en me disant que le tableau d’affichage qui indiquait St Remy les Chevreuse était peut-être une erreur. Bon au bout de 2-3 minutes, je me décide quand même à descendre et à rejoindre le quai d’en face (direction Paris) et c’est seulement arrivée sur ce quai que j’entends l’annonce qui me dit que le train qui est sur le quai d’en face partait bien en direction de St Remy soit eniron 5 mn après que je sois arrivée à Denfert…j’en ai vu pas mal descendre en catastrophe !
    Donc, un RER direction Paris arrive, je monte dedans et, bon an mal an, nous arrivames à Paris vers 19h10…j’ai donc mis près d’1h40 pour faire le trajet Croix de Berny – Gare du Nord…et là vous me direz « ben pourquoi, vous vous êtes rentrée chez vous à 22h30 ? » eh bien simplement parce que je fais la navette entre Paris et le Nord de la France et que j’ai raté 2 TGV et attendre le prochain qui partait à 20h52 (soit 1h30 à attendre) !
    Là oue je comprends, c’est qu’encore une fois le fameux « quai secours » n’a semble-t-il pas fonctionné ce jour-là ? Dieu seul sait que j’en ai connu des situations perturbées sur le B et jamais je n’ai vu ce fameux quai en action !
    Je vous épargne également le peu d’informations que nous avons lors de notre trajet !

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Sophie59,
      Navrée d’entendre cette expérience.
      Lorsqu’un incident survient sur la ligne, différentes mesures de régulation peuvent être prises pour en limiter les impacts, mais aussi, pour permettre de revenir rapidement à une fréquence normale. Le retournement de trains fait partie des mesures possibles. Il permet de réinjecter des trains dans le sens opposé pour réalimenter une branche subissant d’importantes perturbations. Le quai 3 de Denfert-Rochereau permet quant à lui d’acheminer les voyageurs en provenance du sud de la ligne vers d’autres moyens de transport (métro, bus, vélib), notamment en cas de perturbations dans le tronçon central. Il est ainsi exploité comme un « terminus de secours ». A titre d’exemple, celui-ci a été utilisé 5 fois au cours de l’incident du 26 août dernier. Pour en savoir plus sur l’utilisation du quai 3, je vous invite à lire l’article suivant : http://www.rerb-leblog.fr/quai3-de-denfert-rochereau-pour-quelles-utilisations/

  • Jeannot91

    Bonsoir

    Ce soir 31/08/2015, en gare de Massy Palaiseau, vers 19h15, quelle est l’explication au fait qu’il faille attendre 30 minutes avant d’avoir un train terminus Orsay?
    Et ce sans aucune communication quelconque

    Cordialement

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Jeannot,
      Une panne de matériel, survenue hier en gare de Massy – Verrières peu avant 19h, a entraîné quelques retards sur la ligne.

      • Jeannot91

        Bonsoir

        Merci pour cette précision

        Cordialement

      • RER BETAIL

        Zero com’ en gare c’est vraiment malheureux… Plus de temps d’attente que de trajet et zero explication, ce n’est pas professionnel de la part de la RATP.