05042016

Découvrir

6

Un drone testé sur le RER B à Mitry-Claye

Testé en novembre dernier par SNCF pour inspecter le viaduc ferroviaire de Roquemaure, sur la ligne à Grande Vitesse Paris-Marseille, c’est au tour des équipes caténairistes SNCF de la ligne B du RER d’expérimenter l’utilisation d’un drone sur son réseau.

Mi-mars, un petit aéronef a ainsi survolé le site de Mitry-Claye, au nord. Semblable à une araignée volante, avec une caméra infra rouge et un appareil photo à la place des yeux, l’engin a pris son envol avec une double ambition : faciliter la surveillance du réseau et la résolution d’un incident.

Vers une meilleure vision

RER B DronePiloté à distance à l’aide d’un simple joystick, le drone permettrait aux équipes à terre d’avoir une vision en hauteur, idéale pour inspecter le réseau (pour prévoir les opérations de maintenance ou encore en prévention et lutte contre les vols de métaux) et les équipements en hauteur, difficiles d’accès. En cas d’incident caténaire par exemple, le drone pourrait alors fournir aux équipes techniques une aide au diagnostic de la caténaire et de la toiture du train.

Blog_RERB_Drone_MitryDans un second temps, le drone pourrait être utilisé en cas de perturbations (obstacles ou personnes sur les voies par exemple) pour fournir au Centre de commandement unique une vision en temps réel d’une zone donnée et ainsi faciliter les prises de décisions.

Voir Les travaux à venir sur le RER B
Derniers articles du blog du RER B

Travaux entre Paris – Gare du Nord et CDG 2 / Mitry-Claye les 21 & 22 septembre : vos déplacements

« Face à l’univers » : le CNRS ouvre ses portes ce week-end

Marie Adam, directrice du RER B

Tchat de rentrée avec Marie Adam

Les commentaires sont fermés.

  • RERBnator

    Bonjour,
    C’est une très bonne nouvelle tout ça!
    J’ai cependant quelques questions par rapport à la conclusion apporté sur ce topic… Vous dites a très juste titre que ce système pourrait apporter des images en direct à la DLU mais l’autonomie de ce drône sera t’elle suffisante là ou certains accident mettent plusieurs heures à se résorbé?

    D’autre part est ce que ce genre d’appareil pourrait a terme identifier les problèmes due au rails vieillissant? Pour éviter certains problèmes?

    Cordialement,

    @RERBnator – Alexandre

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Alexandre,
      Il s’agit aujourd’hui d’une expérimentation, menée par les équipes caténairistes. L’ambition première étant de les aider à établir rapidement un diagnostique fiabilisé en cas d’incident caténaire. La vision en hauteur du drone viendrait ainsi compléter la vision « bas » des agents dépêchés sur place. En favorisant la réactivité du diagnostique (caténaire endommagée ? rompue ?), cela permettrait, pour les équipes opérationnelles, de gagner en réactivité au niveau des choix d’exploitation. A noter que la DLU ne gère pas le trafic en temps réel, mais le CCU (centre de commandement unique).
      Le choix du drone n’est pas acté à ce jour. Ce premier essai va permettre justement d’évaluer les besoins de la ligne, en premier lieu pour les équipes caténairistes, et de définir les fonctionnalités attendues de l’engin (dont l’autonomie nécessaire).
      Concernant votre dernière question, des drones pourraient potentiellement être capables de faire de la surveillance de réseau.

  • jc

    Vu la faible autonomie.. et les risques liés à son utilisation (qui nécessite une autorisation)… ça va faire un buzz, mais pas sur que ça puisse remplacer durablement un des réseaux de vidéo surveillance les plus important du monde.

    Rajouter quelques caméras motorisées sur des tronçons pourrait être une alternative durable pour ce genre d’inspection.

    J’espère juste qu’un incident n’arrivera pas (panne de batterie, bourrasque, brouillage de fréquence).. projetant le drone sur les voies.. = arrêt de la circulation sur le canton.. le temps de pouvoir le récupérer.

    C’est digne d’un article du 1er avril.. avec quelques jours de retard.

    • Céline (animatrice)

      Bonjour jc,
      L’utilisation d’un tel engin s’accompagne bien évidemment d’une formation de pilote pour appréhender le drone et ainsi éviter ce type de scénario 😉

      • jc

        Même un bon pilote ne peut pas éviter une panne de batterie. Et vu la taille de l’appareil, une bourrasque de vent le fera inéluctablement décrocher (dit autrement, il s’écrasera.. aussi bon pilote fut-il).

        J’espère ne jamais avoir à entendre qu’on a du couper le trafic pendant 2 heures pour aller chercher ce gadget..

        Payant mon forfait tous les mois, j’aurais préféré le savoir dépensé dans des mesures me permettant d’assurer le service, et en formation pour de la communication plus efficace (qui vont bien au delà de messages génériques diffusés toutes les 2 minutes, j’ai l’impression de me répéter.).

  • Zahui

    Une BONNE NOUVELLE .