#FortesChaleurs / Pour affronter les fortes chaleurs prévues ces prochains jours, pensez à vous munir d’une bouteille d’eau avant de quitter votre domicile pour vous hydrater régulièrement. Retrouvez toutes les informations en temps réel sur rerb-leblog.fr, ratp.fr, transilien.com et le fil twitter @RERB.

Incident de signalisation du Bourget : pourquoi, comment ?

Ces dernières 48 heures, un incident de signalisation au Bourget a affecté la circulation, avant d’être solutionné hier soir à 18h. Retour sur un problème rare par ses causes, et par sa durée.

Un incident de signalisation, de quoi s’agit-il ? Dans l’immense majorité des cas, son diagnostic est aisé, et sa résolution rapide. En effet, le long des voies, des panneaux de signalisation, semblables à des feux tricolores, passent du vert au rouge lors du passage d’un train, pour indiquer au train suivant la proximité de celui qui le précède. Ces panneaux sont bien connus de la plupart d’entre vous : fréquents le long des voies, vous en apercevez depuis les quais. C’est un système de courant électrique passant dans les rails qui détecte les trains, et transmet l’information au panneau le plus proche.

Un incident de signalisation, c’est généralement un dysfonctionnement électrique qui amène le panneau à rester au rouge. En clair : le système électrique se comporte comme si il y avait un train sur la voie (ce qui conduit le panneau à rester « rouge » alors qu’il n’y a pas de train. Les trains devant s’arrêter à un panneau rouge, cela ralentit inutilement les trains qui suivent.

Lorsqu’il se produit, ce problème est le plus souvent en continu, ce qui paradoxalement facilite son identification une fois les agents sur place.

Deux spécificités

L’incident du Bourget a pâti de deux spécificités : la première est que le dysfonctionnement était intermittent. Concrètement, il ne se produisait que quelques secondes, ou quelques minutes, par heure. Aussi le diagnostic a été largement plus compliqué et long qu’habituellement.

Ensuite, la cause elle-même était atypique. Elle se situait au niveau du circuit de détection des trains, et de fausses détections étaient générées par le dysfonctionnement aléatoire d’un composant participant à la réception du signal de détection. Ce composant, appelée connexion inductive (ou « CI », et dont vous trouverez une illustration ci-dessous), est très rarement en cause dans ce genre d’incident et lorsqu’il est défaillant, il l’est habituellement de manière permanente. Maintenant que l’incident de signalisation est solutionné, cette connexion inductive défaillante a été déposée et est en cours d’expertise afin d’analyser ce qu’il s’est passé, et d’anticiper ce type de problème.

Une connexion inductive

Lundi et mardi, ce sont 15 agents qui ont été mobilisés jour et nuit pour identifier, puis réparer un incident dont la cause est, vous l’avez compris, rare. Pendant cette période, les circulations ont été dégradées sur l’ensemble de la ligne, et les agents en gare ont été en permanence à votre écoute pour vous renseigner et vous aiguiller au mieux. Nous sommes désolés pour la gêne occasionnée, dont les raisons sont désormais identifiées, et réparées.

Partager cet article
commentaires 9
  1. RemyB dit :

    Merci pour la transparence. Existe-t-il des dispositifs de détection des dysfonctionnements que vous décrivez dans l’article? Si oui, sont-ils déployés ou le seront-ils à l’avenir?

    • Guillaume (animateur) dit :

      Bonjour Rémy, et merci pour votre message. Certains composants font l’objet d’une télésurveillance, mais pas tous, et pas celui-ci, d’où la longueur de la recherche. Si des évolutions à ce sujet venaient à apparaître, bien évidemment vous en seriez informé ! Bonne soirée.

  2. Marin dit :

    Bonjour Guillaume,
    Ce type de panne (dysfonctionnement de CI) n’avait jamais eu lieu auparavant ?

  3. marcA dit :

    Merci pour les informations.
    Les problèmes intermittents, quelque soit le domaine c’est chiant.
    On appelle les services compétents et on arrive jamais à reproduire le problème devant eux. Dans mon labo on s’est retrouvé à filmer un appareil pour démontrer le problème.

    • Guillaume (animateur) dit :

      Bonjour, oui en effet, c’est surtout l’aspect identification du problème qui rend les choses difficiles ! Bonne journée !

  4. sylvain_ dit :

    Bonjour,

    Merci pour ces explications, les explications sont claires et bien utiles.

    Quelques commentaires et questions néanmoins :
    – Pendant les 2 jours où il y a eu l’incident, l’information voyageurs a été vraiment mauvaise. Déjà, il serait utile d’avoir des éléments un peu plus précis pendant l’événement , car il y a tellement de nombreux problèmes tous les jours de l’année sur cette ligne qu’on avait l’impression qu’on se moquait de nous avec cette panne non réparée (alors qu’il y avait cette fois ci une raison exceptionnelle).

    D’autre part, le trafic était annoncé simplement « perturbé » alors qu’il y avait parfois plus de 20 minutes entre 2 trains, ce qui est plutôt extrêmement perturbé. Et surtout dans ce cas il n’y a plus aucune annonce précise sur les trains supprimés ou très retardés, tout est recoupé sous le « perturbé ».

    – Pourquoi dans ce type de grosse perturbation n’est il pas possible de faire partir des trains de GDN ou Châtelet vers le sud, pour « boucher » certains trous sur la partie de ligne non affectée par l’incident ?
    Et encore plus radical, pourquoi la solution d’interrompre 1 jour l’interconnexion n’a t-elle pas été retenue ?

    – Enfin, comme je le disais sur cette ligne pas 1 demi-journée ne se passe sans un train en panne ou un problème sur les voies. Pourriez vous faire un article qui permettrait de comprendre pourquoi cette ligne est dans cet état de délabrement ? (trains et infrastructures trop vieux ? Manque de personnel pour l’entretien ? Manque de moyens financiers pour mener à bien la maintenance ? Ou la faute à pas de chance ?)

    Merci !

    • Guillaume (animateur) dit :

      Bonjour, et merci pour vos éléments et retours. Concernant l’interconnexion : dès que celle-ci est possible, elle est mise en oeuvre. Vous l’avez peut-être constaté lors des grèves, le changement de train, et donc de niveau en gare du nord, est très pénalisant pour les usagers, qui perdent de précieuses minutes. Pour le reste, le matériel en cours a été rénové (MI79), le sera (MI84), et le MING (rames à deux étages) est prévu à l’horizon 2025-2026. Je vous assure que l’ensemble du personnel et des agents RATP & SNCF mettent au quotidien tout en oeuvre pour permettre une circulation robuste et, en cas de souci, de faire ne sorte que les incidents soient solutionnés le plus rapidement possible. Enfin, nous mettons tout en oeuvre pour vous expliquer les éventuels incidents, comme cela a été le cas il y a deux jours sur ce blog au sujet de l’incident de signalisation du Bourget. Bonne journée, Guillaume

    • leanael dit :

      Bonjour, j’ai eu exactement le même ressenti concernant la communication faite autour de cette « perturbation », davantage communiquer (les jours mêmes) sur son caractere exceptionnel et les moyens mis en oeuvre pour la résoudre aurait rendu certains d’entre nous plus compréhensifs.

      Concernant le maintien ou non de l’interconnexion, c’est un vrai sujet qui mérite que la RATP et la SNCF s’y penchent.
      Je fais justement partie des usagers qui devraient changer de train et perdre  » de précieuses minutes », mais si cette solution permet d’ameliorer la régularité sur l’ensemble de la ligne, alors j’y gagnerai (beaucoup) finalement.

      En tout cas merci pour cet article et votre travail de pédagogie.

Laisser un commentaire

Consultez la charte du blog