24042015

Au quotidien

20

Un jeudi perturbé sur le RER B

Hier, jeudi 23 avril 2015, vous avez pu rencontrer des difficultés lors de vos trajets sur la ligne B.

Colis suspect en gare de Cité Universitaire

Peu avant 14h, le conducteur d’un train en direction du nord de la ligne a constaté la présence d’un colis abandonné sur les quais de la gare de Cité Universitaire.

Cette dernière a été fermée au public vers 13h50 et n’a plus été desservie jusqu’à 15h05, après intervention des démineurs.

Accident grave de voyageur en gare de Saint-Michel

Peu après, un accident grave de voyageur est survenu en gare de Saint-Michel aux alentours de 16h50. Les services de Police et  de secours ont été aussitôt dépêchés sur place.

Pour leur permettre d’intervenir en toute sécurité, le trafic a été interrompu entre les gares de Châtelet-Les-Halles et Luxembourg jusqu’à 18h30 environ.

Pendant la durée de l’incident, des retournements de trains ont été effectués en gares de Châtelet-Les Halles et Gare du Nord en direction de Mitry-Claye/Aéroport Charles de Gaulle, de même qu’en gares du Luxembourg, Denfert-Rochereau et Laplace vers Saint-Rémy-lès-Chevreuse/Robinson. La présence de voyageurs dans le tunnel entre Saint-Michel-Châtelet-Les Halles et Saint-Michel-Luxembourg, ainsi que l’actionnement de signaux d’alarme, ont cependant entraîné des complications supplémentaires dans la gestion des circulations.

 

Derniers articles du blog du RER B

Travaux entre Paris – Gare du Nord et CDG 2 / Mitry-Claye les 21 & 22 septembre : vos déplacements

« Face à l’univers » : le CNRS ouvre ses portes ce week-end

Marie Adam, directrice du RER B

Tchat de rentrée avec Marie Adam

Les commentaires sont fermés.

  • Cecile

    Bonjour,

    Je n’ai jamais eu autant de problème pour rentrer en situation perturbée qu’hier soir, dû à un mauvais timing.

    Je suis partie de mon travail à Cergy en sachant qu’il y avait un problème et que le trafic était interrompu. Je partais sur l’option descendre à Etoile et prendre la 6. J’ai regardé twitter avant de rentrer dans le tunnel à Nanterre Préfecture pour savoir où en était la situation et là, j’ai lu un tweet expliquant que c’était terminé (qui s’est avéré faux). J’ai donc décidé d’aller à Châtelet. Je ne pouvais plus ensuite être tenu au courant de la situation vu la couverture 3/4G de ce fameux tunnel. J’ai bien vu une bande jaune à Nanterre préfecture, mais uniquement du côté des trains venant de Saint-Germain. Pour les trains venant de Cergy ou Poissy, la bande était violette et parlait donc de travaux (normalement la bande jaune devrait gagner sur la bande violette). Il n’y a eu aucun message en gare, ni à Nanterre, ni à La Défense, ni à Etoile, ni à Auber. Ce que vous auriez dû faire puisque vous aviez fait une erreur en faisant partir de manière intempestive votre tweet.

    Je suis arrivée à Châtelet laborieusement (comme d’habitude puisque le A même en trafic normal roule lentement), où j’ai appris que si finalement c’était encore interrompu et là pour le coup il y avait plein de messages dans la gare. Quand j’ai enfin pu prendre le 4 (et là merci d’avoir ouvert les portiques) et que je suis arrivée à Denfert (portique fermé puisqu’il est important de valider), les circulations reprenaient (il étaient plutôt 19h00 que 18h30), il y avait énormément de monde mais pas un seul agent. Il y avait une voix qui indiquait les trains. Tout le monde regardait le panneau qui indiquait des informations fausses : les dessertes n’étaient pas modifiées alors qu’en réalité les trains étaient omnibus donc re-bousculade puisque certains ne voulaient pas monter. Pas un mot de la voix-off sur le sujet. Le chauffeur n’a pas parlé une fois pour indiquer les arrêts supplémentaires.

    Le trajet est encore plus désagréable en situation perturbée mais là, c’était le summum avec autant d’erreurs de communication (ou trop ou pas assez, voire pas du tout).

    J’espère que cela vous aidera dans votre retour d’expérience.

    Bon we

    Cécile

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Cécile,
      Etant également sur la ligne B au moment de l’incident, je vous confirme que les circulations étaient particulièrement difficiles jeudi dernier.
      Un message indiquant un « trafic normal » a malencontreusement été diffusé par erreur sur nos médias distants. Une mise à jour a été aussitôt effectuée, mais pas assez vite, certains voyageurs s’étant d’ores et déjà redirigés sur notre réseau.
      Une information dans les gares des lignes en correspondance, de même qu’à bord du train pour les changements de dessertes, aurait été judicieuse, je vous l’accorde. Je ne manquerai pas de partager votre retour détaillé avec les différents services concernés.

  • Bernard WENTZEL, président du Comité des Usagers de Sevran

    Lors de diverses réunions, j’ai suggéré que soit affichée dans les gares le processus, fort bien expliqué, d’un incident de personne qui nécessité l’arrêt et la reprise du service. Il me fut systématiquement rpondu que ce n’était pas possible sans m’en donner les motifs.
    Il est tant d’informations qui encombrent les panneaux idoines, que l’explication du processus permettrait aux usagers de patienter en connaissance de cause. A
    mois qu’en l’occurence ce soit top défense !
    Dans le respect des usagers, ce serait là une reconnaissance dont le coût ne plongerait pas davantage dans un gouffre abyssal les comptes des entreprises.

    • Céline (animatrice)

      Bonjour,
      Expliquer le traitement des incidents, c’est bien là un des objectifs de ce blog. Parce qu’il n’est pas toujours aisé de comprendre les difficultés d’exploitation en cas de malaise voyageur ou d’accident grave, plusieurs infographies ont été réalisées :
      – Voyageur malade à bord : quelles conséquences sur le trafic ? > http://bit.ly/1lKjrXh
      – Accident grave de voyageur : conséquences sur le trafic et solutions mises en oeuvre > http://bit.ly/1HLbb4A
      Une diffusion en gare de ces supports pourrait effectivement être étudiée.
      Les rencontres s’avèrent également être de bonnes occasions pour échanger avec les voyageurs de l’actualité de la ligne, mais aussi, des procédures mises en oeuvre en cas d’incident.

  • Benjamin

    Je suis d’accord à 100% avec Cécile…. J’ajouterais que c’est toujours la même chose sur cette ligne. On paie déjà assez cher les billets et abonnements pour une qualité des transports médiocres. C’est de mal en pis. A quand un RER B et A dignes et qui fonctionnent réellement. Nous, les voyageurs, ne sommes pas des choses mais bel et bien des personnes qui travaillons durement. Quand je vois les visages des gens le matin en allant au travail ainsi que le soir en rentrant, on se demande bien si les agents se rendent vraiment compte de ce que nous subissons quotidiennement : retards récurrents, insécurité, des personnes qui fument dans les gares et même parfois au sein même du rer, peu ou aucune information ou informations contradictoires….. Je trouve cela désolant. Merci de prendre en considération nos remarques. Bien à vous.

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Benjamin,
      J’entends bien votre mécontentement et je le regrette.
      Poursuivre notre dynamique d’amélioration en termes de régularité, d’information voyageurs et de sécurité reste notre défi premier. Ce, pour répondre au plus près des attentes toujours plus grandes des voyageurs.
      Depuis peu, l’ensemble des capacités de régulation affectées au Nord de la ligne B a rejoint le Centre de commandement unique (CCU). La régulation effectuée depuis cette tour de contrôle englobe désormais l’ensemble du RER B, mais aussi, les autres trains circulant sur l’axe ferroviaire Paris Nord – Crépy (ligne K, TER, Fret). L’objectif : permettre de renforcer la capacité de décision du CCU et de gagner en réactivité dans la gestion des incidents.
      Afin d’améliorer encore davantage l’information voyageurs, un coordinateur unique a par ailleurs été mis en place, garant de la cohérence de l’information diffusée sur nos canaux. En situation perturbée, la présence des régulateurs au sein du CCU permettra de faciliter la communication avec les conducteurs pour une meilleure information à bord des trains.
      Enfin, concernant la sécurité des voyageurs, nous avons engagé depuis plusieurs années une démarche visant à renforcer la tranquillité et le sentiment de sécurité sur la ligne. Divers opérations à la fois pédagogiques, préventives et répressives sont ainsi déployées en coordination avec les agents de la sûreté ferroviaire, de contrôle et des gares, mais aussi, avec de nombreux partenaires externes (police, gendarmerie, préfectures, mairies, autocaristes, méditation). Cette démarche produit ses effets : nous notons en effet une diminution constatée et continue des faits de sécurité.

      • Jeannot91

        Bonjour

        Le CCU englobe désormais « l’axe ferroviaire Paris Nord – Crépy (ligne K, TER, Fret) » : n’est-ce pas un peu « trop »?
        D’un côté on renforce une cohérence RER B entre la RATP (Centre – Sud) et la SNCF (Nord-Centre)
        Et de l’autre, on rajoute une surcouche SNCF sur la partie Nord

        Dans ce cas, on peux comprendre que les décisions de régulation prises au Nord impactent les circulations vers le Sud

      • Céline (animatrice)

        Bonjour Jeannot,
        La présence au sein du CCU des agents chargés de réguler le nord de la ligne (le secteur Gare du Nord<>Aulnay-sous-Bois et Roissy<>Crépy-en-Valois), jusqu’ici situés à Gare du Nord, va permettre de faciliter les prises de décision et donc de gagner en réactivité lors de situations perturbées. Je vous prépare prochainement un article sur le sujet pour mieux saisir les opportunités de ce rapprochement.

  • Maha

    Bonjour,
    Si le 1er incident a été à peu près correctement gérer au niveau de l’information (bien que contradictoire en internet, twitter, affichage à quai et haut-parleur), il en demeure pas moins que le 2ème était prévisible.

    Pourquoi ? Rien qu’à Laplace, le déversement continuel de voyageurs sur le quai central, l’a complètement obstrué, rendant quasi impossible de quitter la gare en moins de 15 min ! (Je n’ai d’ailleurs pas réussi à le faire) Avec des quais aussi bondés pas étonnant qu’on ait un accident.

    L’accident en lui-même a eu lieu plus tard, pourquoi ? La réponse est exactement la même : les quais étaient encore bondés car en pleine heure de pointe et malgré une reprise de trafic depuis 1h30, les trains vers St Rémy ne circule pas, encore ! Le 1er dans lequel je suis monté (en direction de St Rémy) a fini terminus Denfert (tout le monde sur le quai) alors que j’attendais déjà depuis un moment en châtelet ce RER (plus de 20 min, plusieurs Robinson et Massy sont passés). Résultat : les voyageurs râlent et les esprits s’échauffent. Certain évoque le fait que les conducteurs refusent d’aller à St Rémy (Si c’est le cas, c’est inadmissible). J’attends patiemment le RER pour St Rémy suivant (7 min plus tard car les trains s’enchainent toutes les 2-3 min). Je monte dans un train direction St Rémy. Arrivé à cité universitaire, le train devient omnibus (car ceux devant empêche le St Rémy de devenir semi-direct, enfin je suppose). A Bourg-la-reine, on apprend (pas par le conducteur mais par l’affichage à quai !) que le RER est finalement un Massy !!! Le conducteur confirmera l’information en arrivant au terminus de Massy. Et là surprise, on se trouve sur le quai direction Paris. Donc je suis obligé de remonter jusqu’à la passerelle (bondé car tous les voyageurs de RER l’emprunte) et de redescendre sur le quai direction St Rémy. Là le quai est très chargé, d’après un voyageur, ils attendent depuis un long moment. Le train pour St Rémy arrive (trop vite j’ai failli le loupé !).

    Si le train est arrivé aussi vite, ça veut dire que le train de Massy derrière nous à changer pour devenir un St Rémy (à l’inverse du notre). D’où ma question : à quoi ça rime ? (à part à nous obliger à changer de train !). Toutes ces gestions de terminus est complètement erratique. Si il y a un terminus à supprimer, celui de Massy est fait pour ça. En effet, Le St Rémy peu très bien faire les arrêts du Massy en plus des siens tout en continuant son trajet. L’inverse est impossible. Quand les employés de régulations vont-ils s’en apercevoir ? A moins que cela cache un REFUS des conducteurs d’aller vers St Rémy, ce qui est encore plus grave !!! Dans tous les cas, les 2ème incident (et les suivant) sont directement imputable à la gestion calamiteuse des terminus du au 1er incident. Tout ça aurait pu être évité. Malgré son expérience, la RATP/SNCF du RER B continue de gérer cette ligne de manière exécrable ! Une honte !

    Note : je devais faire un aller-retour sur Paris. Durée du trajet initiale : 1h15. Durée de trajet réelle : 3h05

    • Céline (animatrice)

      Bonjour Maha,
      Les difficultés dont vous me faites part sont regrettables.
      Une recherche a été effectuée sur la base des éléments donnés (n’hésitez pas à me corriger si besoin est) : en effet, pour permettre de résorber l’important retard acculé sur la partie nord de la ligne suite à l’accident grave de voyageur à Saint-Michel, des trains en direction du sud ont été retournés à des terminus provisoires pour être réinjectés sur la partie nord.
      Le premier train emprunté, prévu au départ « terminus Denfert-Rochereau », est ainsi reparti en direction du nord à son arrivée en gare. Le PIST88, parti de Denfert-Rochereau vers 16h a vu son trajet modifié à son arrivée en gare de Bourg-la-Reine, avec un terminus en gare de Massy-Palaiseau, voie B, pour être réinjecté le plus rapidement possible en direction du nord, et ainsi combler le trou de desserte.
      Ces différentes mesures, qui peuvent parfois être incomprises, visent avant tout à revenir au plus vite à une fréquence normale sur l’ensemble de la ligne. Je vous invite à (re)découvrir l’interview d’un chef de régulation du Centre de commandement unique qui illustre bien la complexité d’exploiter une ligne comme la notre : http://bit.ly/1utZex6
      Enfin, en cas d’incident sur la ligne, une grande majorité des trains est rendue omnibus. Il est ainsi préférable, si vous le pouvez, de vous rapprocher au plus près de votre destination pour pouvoir ensuite monter à bord du bon train.

      • Maha

        Je suis bien d’accord avec vous sur cette nécessité de rééquilibrer les trains sur l’ensemble de la ligne, je m’interroge juste pourquoi seul les St Rémy servent à se rééquilibrage ? Car du coups vous créer un autre déséquilibre. Pourquoi pas ne pas supprimer un Massy (qui lui ne créé pas de déséquilibre car le St Rémy peut desservir les stations) ?

      • Céline (animatrice)

        Bonjour Maha,
        « Pourquoi privilégier la branche Saint-Rémy au détriment de la branche Robinson ? » m’a-t-on demandé récemment. Sachez qu’aucune branche n’est sacrifiée au profit d’une autre, malgré le ressenti de certains.
        Pour répondre à votre question, nous allons à l’inverse préserver la circulation des trains en direction de Saint-Rémy, en prolongeant par ailleurs, et si cela est possible, le trajet des trains prévus terminus Massy-Palaiseau.

      • jc

        Je conforme le ressenti de l’abandon de la branche Robinson quand il y a un problème.
        En fait, ayant connu aussi la branche St-Rémy, le ressenti est le même.

        Quand on attend un train pour sa destination, on voir tous les autres comme « l’autre branche ».

        Or : en heure de pointe on a virtuellement 4 branches (coté sud).
        * Robinson
        * Massy
        * Orsay
        * St-Rémy

        Suffit de faire sauter un Robinson, on voit 6 trains passer « vu comme l’autre branche ».
        Suffit de faire sauter un St-Rémy, on voit également passer 6 trains.

        Le truc à voir ce sont les trains Orsay, et Massy qui sont des terminus de la même branche que St-Rémy.

        Si on doit réduire quelque chose, c’est le train Massy qu’il faut faire sauter, et rendre le train Orsay Omnibus. A voir si le cadencement avec St-Rémy marche toujours (c’est un direct lui). Mais c’est pas toujours faisable : surtout quand on paas de train de réserve (ou de conducteur de réserve) à la bonne gare.

  • Tri

    J’ai testé l’interconnexion Châtelet Luxembourg à pied, il faisait beau, joli quartier de Paris.

    Alors mon retour d’expérience :
    Gare de St Michel fermée, beaucoup de camions de pompier.
    Retournement des trains venant du sud à Luxembourg.
    J’ai trouvé que la manœuvre de retournement n’était pas simple. Terminus sur un quai, puis retour vers Palais Royal, d’autres trains terminus Palais Royal qui rechargent à Luxembourg. Pas simple. Pour un seul train cela a pris presque 15 mn.
    Il y a eu des annonces régulières et nous avons été bien informé de la situation et des solutions pour continuer notre trajet.

    Par contre, j’ai appelé à l’interphone de secours sur le quai, mais je n’ai jamais eu de réponse. Finalement j’ai couru à toutes les gares pour remonter le train et prévenir le conducteur d’un début d’incendie de poubelle à Luxembourg. Il a été très sympa et à informé le CCU. La détection d’incendie à Luxembourg, c’était Tri !
    Une jeune femme fumait sa cigarette en attendant que les trains manœuvrent et l’a jetée dans la poubelle en papier. J’ai essayé d’éteindre le départ de feu, mais sans succès.

    J’aurai lui demander de passer une annonce dans le train pour que la fille se rende compte des conséquences de ses actes.

    Cela peut être un sujet de communication pour le futur.

    • Tri

      Pour compléter, donc ma synthèse sur cet incident :
      – La ligne cassée en deux pour continuer à acheminer le trafic. C’est du bon
      – Bonne information voyageur.
      – Je n’ai pas compris pourquoi c’était si long le retournement, mais à posteriori je me dit qu’en situation exceptionnelle, il faut modifier les sillons train par train, indiquer à chaque train ce qu’il doit faire, minute après minute, les conducteurs ont beaucoup plus de tâches de gestion des voyageurs, vider un train prend du temps, surtout quand certains ne veulent pas descendre, il faut contacter train par train pour indiquer ce qui doit être fait, cela prend beaucoup de temps.

      • silvio_c

        TRI , Le seul client du RER B satisfait ! Au moins il y en a 1 !

    • Céline (animatrice)

      Merci pour ce retour Tri, et surtout, d’avoir éviter un incident de plus. Vous avez eu le bon réflexe !
      Les manœuvres ont en effet été difficiles, comme vous avez pu vous en apercevoir. A la présence de voyageurs dans le tunnel (préférant emprunter la voie directe pour rejoindre la gare suivante que le passage aérien) s’est ajoutée une série de signaux d’alarme, actionnés par mécontentement…le tout complexifiant la gestion des circulations.

  • Benjamin

    Merci Céline pour votre réponse détaillée. J’ajouterais simplement que, au niveau de la sécurité, il serait utile pour les usagers une présence fréquente d’agent de sécurité, notamment les fins de semaine en soirée, car j’ai remarqué des usagers, dans un état second, se mettant à fumer des drogues douces surtout au niveau des compartiments réservés aux vélos en queue de train ( pour les RER B en provenance de l’aéroport/Mitry ).

    • cla92

      Bonjour,

      Je rebondis au message de Benjamin.

      Il n’y pas qu’en fin de semaine ou soirée que des jeunes fument … Ils s’installent entre deux wagons et fument/boivent. Autant dire qu’on profite bien des effluves…..

      J’ai remarqué que le « passage » entre deux wagons n’est plus possible dans les nouvelles rames et c’est une bonne chose. Encore hier en début de soirée direction sud, deux jeunes ont essayé de forcer l’ouverture, pour aller fumer. Je ne sais pas combien de temps ces portes vont résister par contre…

      Des agents de sécurité, un bouton « appel d’urgence »… seraient en effet une excellente chose.

      Difficile de sermonner des personnes ivres mortes, qui fument, mettent leurs pieds sur un fauteuil ou écoutent la musique à fond … On risque de se prendre des coups (je parle en connaissance de cause…).

      Cordialement,

      • Céline (animatrice)

        Bonjour cla92 et Benjamin,
        Excès de décibels, fumée dans les rames, souillures de banquette : ces incivilité, qui nuisent au confort et à la tranquillité des voyageurs, font l’objet d’opérations à la fois préventives mais aussi répressives avec les agents chargés du contrôle et de la sécurité (cf. Interview d’un agent de la sûreté ferroviaire : http://bit.ly/1ExEVRa).
        Un numéro gratuit, le 3117, est également à votre disposition. Utilisé en priorité pour signaler un malaise ou un danger immédiatement, ce numéro peut aussi être employé pour signaler un incivilité nuisant au bon déroulement de votre trajet. Parce qu’il n’est toujours aisé de téléphoner, il est par ailleurs envisagé de développer un dispositif de tchat pour dialoguer en direct et en toute discrétion avec un agent du Centre de gestion des appels.